HP Dream

Venez découvrir un forum interractif dans l'univers magique d'Harry Potter!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La guerre de l'éternité = Lamona

Aller en bas 
AuteurMessage
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: La guerre de l'éternité = Lamona   Ven 24 Fév à 16:51

La voici ma fic, ma première fic
La Guerre De L’Éternité

Chapitre 1 : Les lettres


Il y avait probablement qu’un seul garçon à des kilomètres à la ronde qui tenait dans sa main une lettre qui avait été envoyée par hibou. Ce garçon, ce La guerre de l’éternité sorcier, était Harry Potter et la lettre encore fermée qu’il avait provenait de Hermione Granger sa meilleure amie. Un battement d’ailes se fît entendre. Le hibou de Ron, son meilleur ami, Coq, venait d’entrer dans la chambre. Harry remarqua que Coq tenait un papier, une lettre. Harry l’ouvrit.

Cher Harry,

À chaque année je t’invite à passer l’été chez moi, mais, je suis désolé, cette année je suis plus longtemps en Roumanie, c’est tellement amusant ici .Bref, je voulais te dire bonne anniversaire je suis désoler je ne t’ai pas pu t’acheter un cadeau ma mère t’envoie quelques muffins et Fred et George t’envoie un balai miniature, j’espère que ce n’est pas trop pénible chez toi. Dumbledore ne veut pas que je t’invite après mon retour et Hermione ne veut rien savoir, elle est bizarre c’est temps-ci, elle ma envoyer une beuglante.
Toute ma famille te souhaite une bonne fête et moi aussi.

J’ai très hâte de te revoir ,ton ami Ron


Harry fût prit d’une colère contre son ami le fait qu’il lui dise qu’il ne pourra venir chez lui ne le dérangeait pas autant que le fait qu’il lui rappelle qu’il était prit au 4 Privet Drive avec ses rêves, les rêves qu’il faisait était tous pareille, il voyait toujours le combat qu’il avait fait il y a quelques mois de ça, ce combat qui a causé la mort de son parrain, Sirius Black qu’il aimait tant mais depuis 3 jours il ne rêvait plus de Sirius, mais bien de son amie, ils étaient tous les 2 près du lac de Poudlard et Harry lui tenait la main lui disant qu’il l’aimais énormément, plus que tout et elle l’embrassait, ce rêve l’emplissait de bonheur mais il ne pourrait jamais ce réaliser même si c’est ce qu’il espérait, Hermione n’était que son amie et juste son amie. Puis Harry prit la lettre d’Hermione que Hedwige lui avait emmenée et la lut espérant trouver réconfort.

Bonjour Harry,

Premièrement je voudrais te souhaiter un joyeux anniversaire même si c’est un jour comme un autre chez toi, il est important dans des moments comme les tiens de tenir bon, Harry, les jours d’anniversaires on ne doit pas se sentir seul et je suis là si tu as besoin d’aide ne l’oublie pas, j’aimerai de remonter le moral et te dire que je te comprend mais se n’est pas le cas car pour te comprendre il faudrait que je te perde, toi et mes parents dit moi le si je peut faire quelque chose pour toi, vraiment. Je m’inquiète pour toi et je me sent vraiment inutile de ne pouvoir rien faire pour t’aider. Je te promet d’être toujours là pour toi et de te de rentre le plus heureux possible. J’aimerai aussi t’inviter chez moi pour les vacances, Dumbledore est d’accord, Ron va arriver plus tard quand il va revenir de Roumanie. Mon cadeau c’est quelque chose que je tenait il ma souvent aider lors que je me sentait seule, tu en as surement plus besoin de moi maintenant, je vais venir te chercher demain à 4h.

Tu me manques…j’ai hâte de te revoir, Hermione




Harry était surpris par les mots écrit il en avait les larmes aux yeux, Hermione lui proposait de l’aider contrairement à Ron, il allait allé chez elle sans Ron et en plus il lui manquait mais il ne se faisait pas d’idée, puis Harry ouvrit le cadeau de son amie ce n’était pas un livre comme il le croyait, c’était un collier en H une note l’accompagnait : presse le collier contre ton cœur et tes plus beaux souvenir reviendront p.s j’ai prit le collier de H pour Hermione mais sa marche aussi avec Harry. Hermione venait de lui écrire la plus belle lettre et la plus belle preuve d'amitié qu'il n'ait jamais reçu. Hermione le considérait au même plan que ses parents...Il était aux anges. Hermione s'inquiétait pour lui, Hermione lui avait promis d'être à ses côtés. Il ne voyait pas ce qui pouvait le rendre plus heureux, omis qu'elle partage ses sentiments pour lui. Mais il ne faisait pas d'illusion, pour elle, il était un ami, ou peut-être le frère qu'elle n'avait jamais eu. Mais il était prêt à garder ses sentiments pour lui de peur de l'effrayer et de la perdre. Elle lui promettait son amitié et il s'en contenterait... Harry était tellement touché par la lettre d’Hermione qu’il décida de lui écrire il prit la plus belle plume qu’il avait et écrit sa lettre :

Chère Hermione,

Je te remercie d’être là pour moi, ta lettre me fait énormément de bien et je veux bien aller chez toi, tu me manques aussi et je voudrait que tu sois près de moi maintenant. Je ne sait pas ce que j’ai fait pour te mériter, mériter une personne qui me connaît si bien et qui me fait du bien, j’aimerai savoir ton secret pour le faire avec toi les fois que tu sera triste, je ne te le souhaite pas. En retour, je te fait cette promesse : tant que je ne serait en vie, je te protègerai même si ça me coûte la vie, je préférerai mourir que de savoir que tu es blessée par ma faute. Ton cadeau est très bien tu as raison il me fait du bien. Je voudrait te dire tout mes secrets.

Et merci encore, tu me manques aussi, Harry



Tacs! Tacs! Tacs , Hermione se réveilla, il était assez tard une ombre blanche sur un fond noir cognait avec son bec sur la vitre.
—Hedwige, te voilà !
Elle ouvrit la fenêtre et y donna du miam-hibou avant de détacher la lettre de la patte. Elle pressa la lettre contre son cœur comme à chaque fois qu’elle recevait une lettre d’Harry. Puis lorsqu’elle eut fini de la lire elle sanglotait non de tristesse mais de joie, elle était tellement heureuse de tout ces mots, ce qu’elle voulait c’était de soulager la peine d’Harry, lui faire du bien qu’il ne sente pas seul.
—Chérie, pourquoi pleures-tu? Hermione n’avait même pas remarquée que sa mère était entré. Tu as fait un cauchemar? Elle s’assit sur le lit et enlaça Hermione dans ces bras. Ou c’est… Harris?
—Harry! Elle lui tendit la lettre. Lorsqu’elle eut fini elle ré enlaça sa fille. Tu as eu se que tu voulait, il veut te dire tout ces secrets, il veut que tu soit sa confidente.
—Oui et je lui manque mais regarde en lui pointant les mots ’’ je préférerai mourir que de savoir que tu es blessée par ma faute’’
—Il tient à toi… à quel heure faut aller le chercher?
—Faut être là-bas à 4h.
—Quoi!! 4h!!! on est mieux de se préparer immédiatement.
Hermione avait annoncée à sa mère ses sentiments pour lui, sa mère comprenait.
Il a tellement souffert, il n’avait pas besoin de perde Sirius en plus, déjà qu’il avait perdu ses parents le suffisait grandement mais pour compliqués les choses les gens le dévisageait, le regardait comme un monstre et en plus les Dursley le maltraitait. Toutes personnes avait essayer de prendre un peu de la culpabilité d’Harry pour qu’il se sente mieux mais sa n’avait presque rien fait. Mais Hermione n’était pas stupide elle connaissait Harry mieux que personne elle le savait qu’il souffrait elle le savait qu’il avait besoin d’aide et elle sait
ce qu’il a besoin, il a besoin de ce que Voldemort n’a jamais eu n’aura probablement jamais, l’amour et elle voulait être celle qui lui donnerai. Elle ne l’a jamais nié mais personne ne lui avait posé la question non plus; Elle aimait Harry. Et elle ferait tout ce qui est en son pouvoir pour l’aidé, elle lui avait promit et lui aussi…


Le lendemain, à 3h45, Harry descendit ses bagages en silence jusqu’à la porte. Rendu sur le perron, il ouvrit un livre sur le quidditch à travers les âges qu’Hermione lui avait donnée mais intrigué par le collier, il décida de le détaché et de le presser contre son cœur. Il revoyait Hermione en première année lui dire qu’il était merveilleux, il voyait sa mère et son père, il voyait lui et Ron mangeant des bonbons, son premier vol en balai, sa lui faisait énormément de bien puis, il voyait le merveilleux visage d’Hermione, il était tellement heureux des souvenirs qu’il voyait qu’il n’avait pas remarqué qu’il souriait à pleine dent.
—Harry!! Réveille-toi S’exclama une jeune fille au cheveux châtain
—Hermione tu m’as fait peur, j’était tellement bien, merci beaucoup pour ton collier sa fait du bien, merci.
Il se leva et Hermione enlaça Harry, qui lui senti l’odeur délicate de vanille d’Hermione, il adorait! Il était dans un rêve, comme s’il avait encore le collier d’Hermione contre son cœur. Lorsqu’Hermione ôta ces bras Harry se rendit compte qu’il tenait fermement les haches de celle-ci et l’attira vers lui comme pour l’embrasser mais il relâcha son emprise de peur d’éveiller des soupçons après tout Hermione n’était qu’une amie, simplement un amie cela lui faisait du mal à chaque fois qu’il pensait ça. Pourrait -elle être plus?
—Sa va? Demanda-t-elle, ne soit pas triste sa va allé
—Oui, sa va ne t’en fait pas pour moi et toi
—Ô qu’oui! Bon tu m’aides à embarquer tes bagages ou je le fais tout seul mais vite mes parents attendent.


Hermione sortit de la voiture voyant les yeux fermés et le grand sourire d’Harry pressant son cadeau contre son cœur, ce qu’elle voulait c’est qu’il mettre quelque chose d’elle sur son cœur. Elle le regardait et elle était heureuse surtout à cause de la lettre qui lui avait envoyer et aussi de la promesse qu’il lui avait faite mais aussi elle était contente car selon la lettre d’Harry elle était devenu sa confidente, Harry lui dirait tous ses secrets.. Elle ne voulait pas le réveiller mais ils étaient pressés.
—Harry!!! Réveille-toi S’exclama-t-elle
—Hermione tu m’as fait peur, j’était tellement bien, merci beaucoup pour ton collier sa fait du bien, merci.
Harry se leva et Hermione ne pouvant plus résister elle l’enlaça très doucement. Elle aurait aimé rester pendant toute sa vie dans ces bras ce fut trop court à son goût. Harry avait ses mains sur ses haches et il s’avançait vers elle. Il va m’embrasser, il va m’embrasser!!!! Pensa-t-elle à non, non pas devant mes parents, non ne fait rien. Il ne fait rien même pas un signe qui pourrait le ressembler sauf qu’il m’a emmené vers lui que voulait-il? me regarder de plus près? À zut! Bizarre, ne te fait pas d’idée Hermione, il n’est qu’un ami. Pourrait-il être plus?


Harry prit ses valises et les mit facilement dans la valise de la Mercedes il regarda la cage d’Hedwige et la valise. Harry et Hermione entrèrent dans la Mercedes grise.
—Bonjour, ummmmm… quel est ton nom? Demanda m Granger.
—Harry. Répondit celui-ci
—Passer de bonnes vacances, Harry? Demanda mme Granger
—Non, effroyable comme d’habitude.
—Pauvre de toi, chérie, tu me diras la prochaine fois d’inviter Harry pendant tout l’été. Dit mme Granger à Hermione.
—D’accord. Elle sourit à cette idée.
—Merci pour ta lettre Harry et ta promesse aussi.
—Ce n’est absolument rien comparer à la tienne, vraiment je te jure.
Le reste du voyage se passa en silence. Harry en était même gêner. Il avait essayé d’engager la conversation avec son amie mais lorsqu’il se tourna le soleil découpait parfaitement Hermione ce qui le rendait encore plus gêner devant son amie. Hermione ressemblait à un ange. Il regarda son amie le temps que la voiture tourne et que le soleil arrête cette merveilleuse illusion. La voiture ralentissa, Harry découvrit une maison de quatre étages, une piscine avec une fontaine qui laissait échapper ses eaux de manière à former un cœur parfait et un petite remise servant probablement à un jardinier, décidément les Granger étaient riches.
Ils débarquèrent de la voiture. Immédiatement, Hermione empoigna la main de Harry et l’emmena dans la maison.
—Tu veux que je te fasse visiter. Demanda-t-elle
Avant qu’il ne réponde, elle l’emmena dans l’immense salon, une t.v. qui recouvrais la moitié du mur, un énorme divan et plein d’objet divers était dans cette pièce. Puis elle l’emmena dans une pièce où il y avait une piscine avec une statue d’un homme qui pense, les jambes croiser. La pièce avec la piscine avec 2 murs de fenêtres était resplendissante. Après une demi-heure elle l’emmena Harry dans la dernière pièce, l’endroit où il va dormir.

—Comment trouves-tu ma maison ?
—Merveilleuse! Dit-il, comme toi dit-il tout bas pour ne pas qu’il l’entende mais elle avait entendu car elle rougissait.
—Bon je te laisse. Elle se retourna et se dirigea vers la porte.
—Eummmmm, Hermione!
—Oui! ? Elle se retourna en envoyant ses cheveux vers l’arrière les yeux brillant. Harry était trop gêner pour dire ce qu’il voulait lui dire et elle ne partageais surement pas les mêmes sentiments que lui.
—Euh!...Il rougit. Merci d’être là, mais sa ne sert à rien JE suis la cause de la mort de Sirius. Si au moins je t’aurait écouté. Elle s’avança et s’assit à côté de lui sur le lit en le regardant dans ses yeux vert émeraude elle dit :
—Ce n’est pas de ta faute, Harry c’est celle de Bellatrixe Lestranges et cela n’aurait rien changé si tu m’aurais écouté. On regrette tous ce qui c’est passer, c’est sûr. Ne t’en fait pas. Si jamais tu as besoin d’aide n’hésite surtout pas, tu n’es pas seul il y aura toujours quelqu’un pour toi. Si ce n’est pas moi, sa sera quelqu’un d’autre.
—Merci tu trouves toujours les mots justes et là, la personne c’est toi. Il l’enlaça. Tenir Hermione dans ses bras et le sentir répondre à son étreinte furent la meilleure expérience de la courte vie de Harry. Il savourait chaque instant. Il aurait tant aimé que sa dure des mois, il aurait aimé lui avouer son amour, mais il a oublié cette possibilité il y a des ans.
Des larmes coulèrent sur leurs joues, Harry lâcha Hermione, et ce retourna de bord. Il ne faut pas qu’elle me voie pensa-t-il même si elle aussi avait des larmes.
—Harry tu n’as pas besoin de te cacher, il n’y a que nous deux ici. Il essuya ces larmes et la regarda dans les yeux, il essuya avec son pouce les larmes d’Hermione elle l’enlaça à nouveau. Elle n’est qu’une amie une simple amie. Ne te fait pas d’illusion.
—Merci beaucoup, Hermione… tu es une vraie amie…je te remercie
—Pourquoi est-ce que tu me remercie, Harry?
—Parce-que tu es là et que tu me rends heureux comme dans ta promesse…tu es ma meilleure amie et tu es une vraie amie et j’aimerais que tu sois ma confidente, Hermione, je te dirai tout mes secrets, j’aimerais que sa soit toi car je ne crois pas qu’il existe une personne qui me comprend et qui m’aide mieux que toi, cela ne peut exister et je croit que sans toi je m’aurai déjà mis au dos toutes les personnes de Poudlard. Hermione déversa un nouveau flot de larmes.
—Pourquoi pleures-tu ?
—La dernière fois que quelqu’un ma dit il était sarcastique. Je serai ravi de d’aider encore plus que maintenant, je serai ta confidente et ne dirai aucun de tes secrets, si tu savait combien durant l’été je me suis soucier de toi, j’avait peur que fasse des bêtises et qu’on ne te reverrai plus jamais… Puis elle se leva
—Si tu as besoin de quelque chose tu m’appelles. Dit-elle en se reprenant
—Merci
—Si tu as faim tu m’appelles, ne te gênes pas.
—Oui ok, Hermione
—Et si tu as…
—OUI! Merci j’ai comprit !
Elle sourit et ferma la porte. Il s’étendit sur son lit et ferma les yeux..

Il éprouvait un sentiment de grand bonheur il ne s’était jamais senti aussi bien de sa vie aucun moment qu’il avait déjà vécu le rendait aussi heureux. Il ne voyait rien il n’entendait rien mais il éprouvait des sentiments très forts. Puis, tout changea, il voyait Voldemort, son ennemie mortel, qui tenant Hermione par le cou avec son coude en l’étranglant, dans sa main il y avait un poignard qui était sou le cou d’Hermione une coulée de sang descendait sur son chandail.
—Harry cria-t-elle
—Harry!
—Harry!!!
—HARRY!!!!
—HERMIONE!!!!!!!!!!!!


Dernière édition par le Ven 28 Avr à 17:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Jeu 2 Mar à 20:49

Chapitre 2 : Jade


— Comment trouves-tu ma maison ? demanda Hermione
— Merveilleuse! Dit-il, comme toi. Il me trouve merveilleuse, moi Hermione Granger, j’ai dû mal entendre, je ne suis pas merveilleuse, surtout pas pour lui, non ce n’est possible.
— Bon je te laisse. Elle se retourna et se dirigea vers la porte. Je vais le laisser rendre cette pièce plus confortable.
— Eummmmm, Hermione!
— Oui! ? Elle se retourna en envoyant ses cheveux vers l’arrière les yeux brillants. Il ne voulait soudainement plus lui dire ce qu’il voulait lui dire, de toute façon, elle ne partage pas les même sentiments que moi en son égard. Il fallait qu’il trouve quelque chose à dire et vite.
— Euh! ...Il rougit. Merci d’être là, mais sa ne sert à rien JE suis la cause de la mort de Sirius. Si au moins je t’aurais écouté. Une colère l’envahissa Quoi! ? ! Non ce n’est pas de sa faute, il se croit coupable, je ne supporte pas le voir comme ça.
Elle s’avança et s’assit à côté de lui sur le lit en le regardant dans ses yeux vert émeraude ses yeux si beau qu’elle aime tant. Elle lui avait promis qu’elle le rendait le plus heureux possible et elle compte bien tenir ça promesse et cela commence par ses remords.
— Ce n’est pas de ta faute, Harry c’est celle de Bellatrix Lestranges et cela n’aurait rien changé si tu m’aurais écouté. On regrette tous ce qui c’est passer, c’est sûr. Ne t’en fait pas. Si jamais tu as besoin d’aide n’hésite surtout pas, tu n’es pas seul il y aura toujours quelqu’un pour toi. Si ce n’est pas moi, sa sera quelqu’un d’autre. Elle espérait tellement que sa soit elle.
— Merci tu trouves toujours les mots justes et là, la personne c’est toi.
Il vient de dire exactement ce quelle voulait qu’il lui dise. Il l’enlaça, c’était la première fois, Hermione fut d’abord surprise, mais elle se détendit vite et elle le serra à son tour. Sentir son souffle et entendre sa respiration de si près lui envoyèrent des frissons dans la colonne vertébrale. Il lui fallut tout son sang froid pour se contrôler. Des larmes coulèrent sur leurs joues, Harry lâcha Hermione, et ce retourna de bord.
— Harry, tu n’as pas besoin de te cacher, il n’y a que nous deux ici.
Il essuya ces larmes et la regarda dans les yeux, elle aurait tellement aimé soutenir le regard mais il aurait pensé qu’elle l’aimait et s’il me refusait, il aurait un autre poids sur le dos, non je ne veux pas lui donner ce fardeau, il en a beaucoup trop sur la conscience pour qu’elle lui rajoute son amour mais même s’il la refuserai, elle resterait toujours la même. Elle s’était promis, en secret, au plus profond d’elle, qu’elle lui avouerait tout un jour, quand le moment sera venu. Il a le droit de savoir. Mais n’ayant jamais avouer à quelqu’un son amour, elle hésitait énormément à lui dire, se sera la première fois qu’elle le dira. Elle ne sait pas comment faire, elle s’était fait d’innombrables scénarios autant plus fantaisistes les uns que les autres, mais aucuns ne semblaient probables d’arrivés un jour. Il essuya avec son pouce les larmes d’Hermione et elle l’enlaça à nouveau. Il n’est qu’un ami un simple ami. Ne te fait pas d’illusion.
— Merci beaucoup, Hermione… tu es une vraie amie…je te remercie
— Pourquoi est-ce que tu me remercie, Harry?
— Parce-que tu es là et que tu me rends heureux comme dans ta promesse…tu es ma meilleure amie et tu es une vraie amie et j’aimerais que tu sois ma confidente, Hermione, je te dirai tous mes secrets, j’aimerais que sa soit toi car je ne crois pas qu’il existe une personne qui me comprend et qui m’aide mieux que toi, cela ne peut exister et je crois que sans toi je m’aurai déjà mis au dos toutes les personnes de Poudlard. Hermione déversa un nouveau flot de larmes.
— Pourquoi pleures-tu ?
— La dernière fois que quelqu’un m'a dit ça il était sarcastique. Je serai ravi de d’aider encore plus que maintenant, je serai ta confidente et ne dirai aucun de tes secrets, si tu savais combien durant l’été je me suis soucier de toi, j’avais peur que tu fasses des bêtises et qu’on ne te reverra plus jamais… Puis elle se leva
— Si tu as besoin de quelque chose tu m’appelles. Dit-elle en se reprenant.
— Merci
— Si tu as faim tu m’appelles, ne te gênes pas.
— Oui merci, Hermione
— Et si tu as…
— OUI! Merci j’ai comprit !
Elle sourit et ferma la porte. Elle s’avança vers les escaliers en toute calme et rendu elle sauta sur place, des larmes joyeuse bondissèrent et tombèrent dans le vide, elle descendit les escaliers toujours aussi excitée, elle vérifia l’heure sur une horloge antique ; son père était parti à cette heure.
— YOUPI!!!!!! Elle cria dans toute la maison attirant l’attention de sa mère, elle sauta dans ses bras. Les larmes chaudes toujours plus en plus présente.
— Qu’est qu’il y a, tu lui as dit et il a dit oui?
Ces paroles stoppa immédiatement son bonheur et se calma laissant place à sa logique, soudain sa la frappa comme l’éclair : Ses sentiments avaient dépassé son esprit, ce qui était rare pour elle, toujours sérieuse avec une logique hautement supérieure à la moyenne, il était anormal pour elle de réagir comme cela, mais son cœur n’avait jamais réagit comme cela devant une personne, même pas devant Victor son Victor qu’il ne lui écrivait tout le temps et qui ne voulait pas accepter le fait de leurs séparations.
— Non, je suis devenu sa confidente.
— Enfin, maintenant le pas que tu voulais qu’il fasse en premier en te disant cela est fait, alors, maintenant tu pourras lui dire ce que tu ressens pour lui.
— Je dois y aller en douceur, maman, il se sent coupable et je ne veux pas lui mettre ce fardeau de plus sur ses épaules.
— L’amour est une délivrance et non un fardeau, chérie. Tu devrais bien le savoir le depuis temps que je te le répète.
Ne pouvant plus réponde Hermione lui raconta ce qui s’était passé et trouvant qu’Harry était long à descendre, elle décida de se changer et d’allé regarder la télévision pendant que sa mère préparait le petit-déjeuner. Le déjeuner prêt et Harry toujours pas descendu, Mme Granger demanda à sa fille d’allé réveiller son fiancé en la taquinant légèrement. En arrivant dans la chambre elle vit un Harry dormant sur le lit.
— Harry!
— Harry!!
— Harry!!!!!!
— HARRY!!!!!!
— HERMIONE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Tout redevient immédiatement en place Hermione était à côté de lui et le regardait bizarrement. Il venait de crier à voie haute le nom de son amie et il était rouge vif. Ce n’était qu’un rêve.

— Tout va bien, Harry? S’inquiéta Hermione.
— Oui! Dit-il rapidement en entendant des pas précipités dans le couloir.
— Tu as rêvé…de…V…Vol…Voldemort?
— Euh! …Non. Dit-il pour ne pas l’inquiété. La porte s’ouvrit. Mme et m Granger venait d’entrer dans la chambre.
— Tout va bien ici! Hurla Mme Granger.
— Oui, un cauchemar, simplement. Dirent les deux meilleurs amis.
— Je venais te dire que le déjeuné était prêt. Dit Hermione la mère de celle-ci repartir soulagée.
— Je suis désolé, je me suis endormi, j’arrive tout de suite.
— Ne soit pas désolé mais, vient manger. Il se leva et regarda Hermione partir et remarqua ses nouveaux vêtements : une jolie jupe en jeans et un petit chandail rose en, il se sentait malpropre et très crasseux.
Ils descendirent vers la salle à manger.

Lorsqu’elle l’entendit hurler son nom une vague de peur, de soucie et d’effrois arriva en elle, elle ne put s’empêcher de le regarder bizarrement, il a rêvé de Voldemort ou de Sirius surement. Son cœur tombait dans un précipice, il a rêvé de moi et cela l’inquiétait. Qu’avait-il vu? Même s’il lui avait juré qu’il n’avait pas cauchemardé, elle ne l’aurait pas cru, Hermione le connaissait trop bien pour sa.

Des plats de toutes sortes étaient sur les tables passant de l’œuf avec bacon aux crêpes à un fruit inconnu d’Harry. Harry qui connaissait mieux Hermione qu’aucun n'autre élève de Poudlard ignorait presque tout sur sa famille mais il est vrai qu’elle n’en parlait jamais…Il s’assit à côté d’Hermione qui l’attendait avec impatience sur la grande table pouvant accueillir une dizaine de personnes.

— Harry il est peut-être trop tard pour te dire sa mais je voudrais quand même te souhaiter bonne fête. Dit Mme Granger avec un sourire sur ses lèvres.
— Oui, bonne fête, Harry.
— Merci beaucoup, si on devancerait ma fête d’un jour, je crois que je n’ai jamais eu autant de bonne fête durant cette journée.
Un silence troublé passa. Il mangea leur déjeuné, Harry heureux de pouvoir parler de tout et de rien avec Hermione et sa mère, enfin une conversation de moldu agréable sans la froide présence d’un individu ne l’aimant pas. À la fin du repas Hermione et lui montèrent dans la chambre d’Harry
— J’ai remarqué que tu avais changé de tenu, Hermione, je me sens sale, est-ce que c’est grave si je mets mes robes de sorcier, je n’ai juste ça qu’il me fasse correctement. Les yeux d’Hermione s’écarquillèrent, il connaissait trop bien ses yeux pour ne pas savoir ce qu’il signifiait et il savait d’avance ce qu’elle allait dire.
— J’ai une idée!!! S’exclama-t-elle vient suit moi!!! Puis, elle coura dans le couloire laissant ses cheveux se balancer. Harry courait à sa suite, une porte était ouverte, elle venait de passer par-là.
__________________LA SUITE AU PROCHAIN MESSAGE______________


Dernière édition par le Ven 28 Avr à 17:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Jeu 2 Mar à 20:50

voici la suite du chapitre 2

Hermione aurait tout donné pour soulager la peine d’Harry mais il s’en voulait tellement que cela paraissait même dans ses yeux, Hermione aurait même aimé que se soit de sa faute à elle, que sa soit elle qui ai tuée Sirius pour qu’il puisse s’en prendre à elle plutôt qu’à lui-même, il pourrait crié et la battre cela ne la dérangeait pas tant qu’il ne s’en voudrait plus mais le sort en a décider autrement, au moins, à Poudlard il y aurai ce Malfoy qui pourrait faire évacuer la colère d’Harry. Certes, durant le déjeuner, ils n’avaient pas eu un sujet de proche ou de loin sur Sirius et même, elle l’avait vu rire, ce qui est bon signe. Là, elle lui ferait un sort qui l’aiderai, après tout elle n’était que bonne à cela, l’école.

Harry s’approcha de la porte et entra, il s’attendait à voir des livres et des bibliothèques mais il n’y avait qu’une petite étagère. Le lit King, quelques bureaux, une gigantesque fenêtre, des miroirs en haut des bureaux, un réveil matin et de banales peintures meublaient sa chambre plus grosse que le salon des Dursley, il était ébahi devant tant de beauté, aucun objet sorcier était présent. Mais où diable cache t’elle ces livres? Hermione était entrain de fouillée dans la bible qui était sur la petite étagère. D’autres livres apparaissaient, un journal intime et quelques romans d’amours et de quêtes.
— Que fais-tu dans la bible ? Il regarda de plus près et vit que l’écriture n’était pas pareille il lut par-dessus son épaule ‘’ avis : sort permettant de faire apparaître des oiseaux, ce sort …’’ Ce n’est pas une bible dit-il, où as-tu mit tes autres livres?
— Oui, je l’ai truquée…Ce n’est pas ici qu’ils sont, ils sont dans une pièce que le ministère ma permit de caché dans la maison. Elle sortit de sa chambre, Harry à coté d’elle. Les moldus ne peuvent la voir. J’y mets tous mes livres et objet de Poudlard là dedans sauf ma bible.
— Une pièce secrète!! Le ministère!!! Ils étaient dans la pièce où il avait l’énorme piscine intérieure.
— C’est ici, elle tassa sur le coté une plante. Un mur se trouvait derrière. Harry la regarda faire. Puis elle traversa, elle passa à travers le mur.
— Hermione? Où es-tu? Répond moi! Hermione! Il commençait à paniquer, il n’avait pas tout vu ce qu’elle avait fait. Hermione retraversa le mur aussi facilement qu’elle y était entrée, le sourire au lèvre.
— C’est le principe de la voie 9 ¾ et on peut voir les gens de l’extérieur…et les entendrent. Harry se sentit complètement stupide tout d’un coup après tout c’était l’invention du ministère et il venait de paniquer pour son amie, devant elle. Bon tu-viens?
Elle repartit dans le mur. Il la suivit. Soudain, il reconnut Hermione dans son habitat, devant lui il n’y avait pas seulement quelques livres ou quelques bibliothèques mais la pièce elle-même était une bibliothèque, la pièce était plus grande que tout le rez-de-chaussée des Dursley. Des livres sorciers et moldus de toute sorte s’étendait devant lui, quelques sofas avec une petite table basse se présentait. Hermione fouillait dans une bibliothèque à sa gauche.
— J’ai trouvé!!! Elle s’avança vers Harry baguette devant elle mais Harry ne craignit pas le moins du monde.
— Pellinovus! De sa baguette sortit un ruban mauve enroulant Harry de toute part, le ruban passa du mauve au rose pour finir blanc et disparaître par la suite. Une chaleur se dégageait du ruban et il devenait de plus en plus chaud. Il regarda ces vêtements, le vieux jeans troué et trop grand pour lui était de bonne grandeur, son t-shirt bleu sale était très propre et il avait l’odeur d’Hermione, la vanille!! Ses ecchymoses n’étaient plus présentes et sa peau était propre. Il affichait un grand sourire.
— Merci!!!!!!! Je t’adore!!! Merci, WOW!!!!!! Tu n’étais pas obliger!!!!! Tu peux jeter des sorts dans cette pièce!!! Harry ne c’était pas rendu compte de ses paroles sou le flot de l’émotion, il avait dit qu’il adorait Hermione ce n’était pas faux certes, mais elle le prendrait surement mal. Il arrêta se sautiller sur place et baissa la tête. …Merci
— Ce n’est rien voyons, Harry, Oui, on peut jeter des sorts dans cette pièce elle est conçue pour sa. Dit-elle simplement. Harry releva la tête, il était complètement rouge, dans ses yeux il n’y avait pas d’incompréhension n’y de colère et pour ça, il avait une envie furieuse de passer ses bras autours de sa taille, elle n’avait pas mal réagie à son ’’Je t’adore’’ il avait dans ses yeux de la joie d’avoir aidé son prochain et un gros sourire s’étalait sur son merveilleux visage.

— Pellinovus! De sa baguette sortit un ruban mauve enroulant Harry de toute part, le ruban passa du mauve au rose pour finir blanc et disparaître par la suite. Les vêtements d’Harry étaient maintenant changé, ils étaient propres comme un sou neuf, lui et ses vêtements. Harry semblaient heureux car il affichait un grand sourire.
— Merci!!!!!!! Je t’adore!!! Merci, WOW!!!!!! Tu n’étais pas obliger!!!!! Tu peux jeter des sorts dans cette pièce!!! Elle fut surprise de la joie qu’elle venait de donné à son ami. Il venait de baisser la tête et elle ignorait pourquoi…Merci, il devait surement attendre une réponse, puis elle se rappela ces paroles, il l’adorait…comme un ami adore son amie, il devait l’avoir échapper durant son alacrité. Incontestablement, elle aimait Harry et elle ne le larguerait pas.
— Ce n’est rien voyons, Harry, Oui, on peut jeter des sorts dans cette pièce elle est conçue pour sa. Dit-elle simplement. Étrangement, lorsqu’Harry releva la tête, il était rouge et leurs regards se croisèrent. Harry semblaient soulagé ce qui fit sourire Hermione.
Un silence inconfortable régnait, il décida de changer de sujet.
— Ron m’a dit dans sa lettre que tu lui avais envoyée, que tu lui avais envoyé une beuglante, il dit aussi que tu es bizarre c’est temps ci.
— Montre-moi la lettre!! Harry recula sur la force de sa voie.
— Pourquoi? Dit-il tout bas pour ne pas qu’elle se fâche.
— Euh! …J’ai besoin de savoir. Harry et Hermione repassèrent à travers le mur et montèrent dans sa chambre. Il sortit de sa valise la lettre de Ron et la tendit à Hermione qui hésita à la prendre.
— Est-ce que je peux, je suis désolée d’avoir réagie comme cela…
— Mais bien sûr que sa ne me dérange pas. Dit-il avec un grand sourire sincère. Elle l’ouvrit tranquillement et hésitant, puis, elle la lut. Au fil de sa lecture elle disait dans mot fort a voix haute.
— C’est tellement amusant ici!! Pas pu t’acheter un cadeau!!! N’est pas trop pénible chez toi!! . Dumbledore ne veut pas que je t’invite après mon retour, QUOI? ! Et Hermione ne veut rien savoir, elle est bizarre c’est temps-ci, elle ma envoyer une beuglante!!!!!
Une colère l’emplissait soudainement mais comment cette imbécile ingrat pouvait faire ça à son AMI! Il rappelait à Harry qu’il était chez les Dursley et que lui, il s’amuse beaucoup.
— Je n’arrive pas le croire, c’est impossible il n’a pas pu, sale petite bête sans cervelle comment à t’il put oser!!! Insensible rouquin, quel manque de tact, mais c’est impossible, voyons dont! Tu ne sauras pas surprit si je lui envoie une autre beuglante. Elle relut la lettre au complet. Elle préféra se taire cette fois, mais une question la tracassait.
— Pourquoi Dumbledore ne veut pas que tu ailles chez lui mais que tu viennes chez moi? Harry haussa des épaules, il ne préférait ne rien dire même s’il l’ignorait, mais après tout ce n’était pas à lui que la colère était destinée.
— Je suis content d’être ici avec toi dit-il pour changer l’humeur de son amie. Elle lui adressa un sourire qui le faisait fondre sur place qui lui disait qu’elle avait comprit.
— Bon, d’accord, j’ai comprit…que veux-tu faire?
— Si on retournait dans la pièce secrète. Elle le comprenait parfaitement durant tout l’été, il n’a pas été en contact avec la magie et cela lui manquait surement.
— D’accord, rendu dans la bibliothèque Harry commença à regarder les livres sur les étagères. Il avait des livres de derniers nivaux, des livres de mages, des histoires de magie enfantine, la magie dans des siècles passés et plusieurs autres livres divers.
— Comment as-tu fait pour avoir tant de livres?
— J’ai été dans beaucoup de librairie.
Il sortit sa baguette de sa poche et fit un Wilgardium Leviosa sur un oreiller. Il le fit léviter près d’Hermione, il s’amusait tellement à faire tourner l’oreiller près d’elle qu’il ne s’aperçut pas qu’elle aussi avait sortit sa baguette et qu’elle avait envoyé un oreiller en plein dans le visage de celui-ci. Il lâcha sa baguette ce qui fit tomber l’oreiller sur la tête d’Hermione, les amis prirent chacun l’oreiller de l’autre et ils s’amusèrent à faire une bataille d’oreiller à la main. Essouffler Harry s’effondra sur le sofa le plus proche et Hermione lui donna un dernier coup d’oreiller sur son torse. Un éclair frappa Harry il voyait devant lui les mains d’Hermione en gros plan, des petites lignes blanches étaient sur ses doigts. Harry lui prit une de ses mains dans ses 2 mains et les mena devant ses yeux pour voir de plus près, des cicatrices, Hermione avait des cicatrices sur les mains, cela aurait été normal pour lui, mais cette fois, il le regrettait, normalement, des petites cicatrices n’étaient rien mais là, cela le dérangeait.
— Qui ta fait ça? Il avait un air de regret et de tristesse. Elle ne voulait pas lu révéler ces blessures mais il devait déjà le savoir.
— Personne, je te jure, je me suis fait cela toute seule. Mentit-elle. Elle avait maintenant perdu tout plaisir de continuer à jouer à la bataille d’oreiller devant le regard insistant de son ami, elle regretta de lui avoir mentit.
— Je ne suis pas stupide, Hermione dit-il calmement c’est moi, c’est ça? C’est Hedwige!
— Oui, mais sa ne fait rien je te jure, tu avais raison, se n’est pas grave, tu avais le droit d’avoir des réponses et on ne te les a pas donnés…, Elle s’assit à côté de lui
— Je suis vraiment désolé, j’ignore ce que j’avais, je n’aurais pas dû réagir comme ça et dire à Hedwige de vous blesser. Je m’excuse. Hermione se tût pendant quelque seconde, elle savait qu’elle ne gagnera pas cette manche, mais elle essaya tout de même.
— Tu avais de bonne raison de le faire, tu n’as pas à t’excuser, tu étais sou pression…
— J’étais sou ma pression…celle que je m’étais faite…
— Tu n’avais pas eu de nouvelles sur le monde sorcier depuis plusieurs mois…
— Je n’avais rien trouvé d’intéressant, j’aurai dû comprendre qu’il n’avait rien d’intéressant…
— Et les événements passés…
— N’excuse en rien ce que j’ai fait. Coupa-t-il tendrement, il s’était rendu compte il y a plusieurs mois de ça de plusieurs choses sur lui et Hermione, il décida d’en parler, ses yeux chocolats l’aidait à trouvé les mots justes et il continua.
— Je me rends compte de ce que j’ai fait et des crises aussi, je me rends compte que tu… vous avez été là pour moi et au lieu d’essayer de vous comprendre, je vous ai repoussés, vous avez essayé simplement de me remonter le moral, tu…vous avez essayés de m’aidez et je n’ai rien voulu entendre…, Je m’excuse, je sais que je t’ai fait de la peine…à toi et à Ron…et je le regrette maintenant. Harry avait eu dû mal à rajouter Ron dans ses paroles tant que durant ses mots les yeux d’Hermione avaient changé d’expression pour devenir une expression tendre de compréhension avec quelques douces larmes, mais tant que de rajouté Ron pourquoi pas tout le rajouté, donc il continua. Mais en 4e année il n’y avait que toi, Ron ne me croyait pas et il était même jaloux de ma soi-disante célébrité. Je ne sais pas comment te remercier pour m’avoir cru en 4e année et d’avoir essayer de m’aider l’année passée. Je sais que je m’en suis rendu compte tard de ce que tu m’as fait… enfin toi et Ron…et j’en suis vraiment reconnaissant, je suis désolé de ne pas l’avoir comprit plutôt. Harry voulait allonger ses excuses le plus longtemps possibles car lui et Hermione se regardaient dans les yeux, mais là il ne savait quoi rajouté.
Il avait dans ses yeux et ses paroles la plus grande sincérité qu’elle n’avait jamais vue. Harry regrettait tellement de lui avoir fait de la peine, de leurs avoir crié après durant les années passées, il regrettait ne pas avoir comprit plutôt qu’ils essayaient de lui faire du bien. Mais elle voyait bien qu’Harry avait méprisé Ron surtout le passage de la 4e. En fait, elle ne regrettait rien d’avoir aidé Harry l’année dernière même si sa lui a valut plusieurs crises de nerfs. Elle ne put empêcher ses larmes de coulées mais elle fût contente car à la fin de ses excuses, après un bon moment de tendres regards amicaux, Harry posa sa main sur sa joue et avec son pouce essuya ses larmes, ce fut un moment magique, inoubliable, certes simple et rapide mais inoubliable pour Hermione et Harry. Pour Harry ce moment devait arriver, il devait s’excuser pour ses gestes passés et il ne regrettait en rien cet avant midi, en fait c’était la plus bel de tout son l’été. Un silence confortable s’installa après qu’Harry ait remit sa main sur ses genoux. Ils regardèrent leurs pieds quand Hermione décida de rompe le silence.
— Des amis c’est fait pour ça. Un autre silence s’installa cette fois inconfortable.
— Merci d’être mon amie. Hermione se leva et traversa le mur. Harry fit de même, elle était rendue sur le bord de la piscine, Harry lui resta debout devant le mur, Hermione se retourna, dans ses yeux il y avait du regret et Hermione n’en pouvait plus de la voir triste. Elle s’approcha de lui.
— Ce n’est pas grave Harry, je te pardonne et Ron aussi surement même si sa ne sert absolument à rien de t’excuser, je te comprends…enfin une partie…mais ce que je sais c’est que tu avais de très bonne raison pour te comporter ainsi.
Et ils s’enlacèrent en même temps, un frisson de bonheur et de compréhension s‘installa dans Harry et le bonheur de l’avoir aidée submergea Hermione, des larmes coulèrent abondamment maintenant, ils étaient tellement bien et tellement soulagé lui et l’autre qu’ils ne pouvaient pas dire combien de temps il s’était écoulé dans leurs bras, ils sanglotaient en premier pour les excuses et les regrets et par la suite pour l’impossibilité d’être plus avec l’autre. La même question résonnait dans leurs têtes en même temps : Pourrait-il être plus ; Pourrait-elle être plus, mais avant qu’ils répondent une voie les surpris.
— Le dîner est servit venez man… elle s’arrêta de parler. Harry et Hermione se poussèrent immédiatement, ils étaient écarlates. Ils se dépêchèrent de sécher leurs larmes. Un Harry honteux était très intéressé par ses pieds et Hermione ne savait quoi faire d’autre que de lancer un regard noir à sa mère.


Dernière édition par le Jeu 2 Mar à 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Jeu 2 Mar à 20:52

VOICI LA SUITE DE LA SUITE DU CHAPITRE 2

— Venez manger. Répéta-t-elle. Elle s’en voulait d’avoir gâché un moment que sa fille attendait depuis longtemps, d’après elle bien sur.
A contrecœur Harry et Hermione mangèrent leurs repas, il se fit en silence, Harry trouvait vraiment intéressant l’assiette vide, tendis qu’Hermione lança des regards noirs à sa mère, tristesse et regret émanait de ses yeux. Mme Granger coupa le silence, en ramassant les assiettes.
— Bon, moi je vais travailler, Eliot devrait arriver bientôt. Qu’est-ce que vous allez faire ?
— Sa te dirai aller à l’Arrow ? C’est au village, 15 minutes de marche seulement et 2 minutes en voiture. Proposa Hermione.
— Bien sûr…comment veux-tu y aller ?
— Choisie, ces toi l’invité…
— Bon d’accord… la marche, vous n’aurez pas à aller au village, Mme Granger. Toujours Harry ça faire passer le bonheur des autres avant lui-même.
— Oh ! Appelle-moi Jane et tutoie-moi, ici c’est chez toi.
Ils montèrent en haut prendre leurs manteaux et les deux meilleurs amis sortirent quelques temps après ils passèrent devant une vieille remise pour arrivés devant 2 chemins différents un menait vers la mer et l’autre moins loin menait au village, sou une montagne, près d’une forêt presque aussi sombre que celle de Poudlard. 15 minutes plus tard ils étaient à l’entrer du village et la 2e boutique avait une pancarte de bois, dedans une flèche traversait O de Arrow.
— Voici l’Arrow. S’exclama-t-elle, il y a que des moldus ici donc prudence s’il te plait.
— C’est à Ron que tu devrais dire ça pas à moi.
Ils entrèrent c’était un bar, ce bar ressemblait à une place où on loue de l’équipement mais avec des tables et des chaises, un escalier menait au sou-sol de l’édifice. Des delta-planes, des arcs, des centaines de flèches et plusieurs cerf-volants étaient accrochés au mur et au plafond. Une personne, dans la trentaine aux yeux bleus et des cheveux blonds, était derrière une table aidant une des trois clientes qui était dans le bar.
— Bonjour Mignonne sa va ? Dit une des clientes. Harry fût étonné du surnom.
— Oui toi ?
— Super bien !
— Bon… je dois y aller à une autre fois. TACK !! Le tac venait du sou-sol Hermione et les clientes ne semblait pas étonner.
— Qu’est que c’est ? Hurla Harry après un bond de 2 mètres de haut.
— Les flèches de Jade. Répondit le barman. Puis, les trois clientes partirent.
— Bonjour Hermione dit le barman en lui serrant la main.
— Bonjour, voici Harry, mon ami, on va prendre 2 cokes, en bas.
— Mais bien sûr, les amis de ma chère Hermione sont toujours accepter, bienvenu.
— Bonjour Dit-il
Les 2 amis descendirent, ils virent au mur plusieurs arcs sans viseur et plusieurs flèches. Une fille aux cheveux blonds clairs tenait un arc et visait une cible qui était à environ 12 mètres d’elle, le mur d’arrière, lui, était à 20 mètres d’elle, décidément, la salle était vraiment grande. Harry comprit immédiatement que le tac venait de la collision de la flèche tirer par la fille devant lui qui était surement Jade sur la cible, la flèche était en plein milieu!
— Mignonne, salut! Comment sa va! Dit Jade. Harry éclata de rire, Mignonne quel surnom! Malgré que sa lui va très bien. Pensa-t-il
— Très bien toi ! Dit-elle en enlaçant son amie.
— Super!
— Mais qu’est que tu as contre mon surnom !! Harry !
— Mignonne ha ah! Ha ah!
— ET 2 COKES !!! Pour ma Hermione et son ami!!!!
— Merci bien, Jonny! TACK !! Harry fit un saut, Jade venait de lancer une flèche en plein milieu de la cible, encore une fois.
— On fait un concours Hermione?
— Tu es trop bonne pour moi. Et toi sa te tente ? Dit-elle en regardant Harry.
— Oui ! dit-il
— S’il te plaît, Hermione. Supplia Jade
— Bon d’accord. Elle prit un arc puis des flèches et s’installa devant une cible près de Jade. Harry fit comme Hermione
Harry regardait Hermione, elle tendait son arc à un angle parfait de 90˚ de sa flèche. Elle tendait et tendait encore plus son arc jusqu’il lui arrive à la joue. Elle visa et lâcha la corde. TACK !! La flèche était en plein milieu!
— Wow! Bravo Hermione! Comment tu fais ça! S’exclama-t-il
TACK !! Jade avait une autre flèche en plein centre. Harry tira sa flèche, elle tomba à 1 mètre de lui.
— Si on l’aidait, il a l’air de mal sa débrouiller au tir à l’arc.
— Je vais m’en occuper.
Hermione s’avança vers Harry, prit ces mains et les déposa sur son arc en lui disant des instructions. Harry aimait son doux parfum vanillé et pendant qu’Hermione lui explique comment faire, il croisa son regard, elle, elle, l’évita. Jade quant à elle, avait un regard des plus étranges, une petite flamme brillait dans ses yeux noisette ses cheveux blonds à la lumière prenaient un coté roux. Harry trouvait en Hermione une attirance autre que normal lorsqu’elle faisait du tir a l’arc il oublia tous ces mauvais sentiments et oublia même la raison qu’il était avec elle, même si cette raison se trouvait dans ces mains. Harry était près à tirer mais il ne voulait pas réussir de pour qu’Hermione reste. Alors, il tira juste devant la cible.
— Pas assez droit et pas assez fort.
Je ne veux pas le regarder non, il ne faut pas, déjà qu’il croit surement que ma mère pense qu’on est plus que des amis. Elle n’aurait pas pu attendre celle-là! Juste 5 minutes de plus et elle ne nous aurait pas vu. Mais c’est vrai que sa faisait longtemps qu’on était comme ça. J’espère qu’il n’a pas peur que ma mère nous surprennent à nouveau…s’il y aura le nouveau.


Elle recommença à lui expliquer. Harry, cette fois trouva inutile de faire perde plus de temps à son amie, réussit à atteindre le 4e anneau sur 6. Il s’assit sur le banc en buvant son coke. Harry regarda les filles.
— Bon on commence, dit Jade
— Oui !! J’arrive, mais seulement 3 rounds. Elle reprit son arc et se plaça devant une cible de 12 mètres près de Jade.
Elles tendirent leurs arcs posèrent délicatement leurs flèches et mirent leurs cordes près de leurs joues, un vison effleura Harry. Il voyait Hermione assit sur un cheval blanc accompagné de millier d’autres chevaux blancs également pointant sa flèche vers l’avant ces yeux noisette concentrés sur ça cible, uniquement, son cheval galopait. Elle était habillée de simples vêtements de cavalière ses cheveux marrons en batailles. Changeant d’angle pour voir Jade, il la voyait parfaitement à sa place en haut d’une tour avec son arc pointant vers le bas ses cheveux attachés ses yeux bruns flamboyaient de rage. TACK !! Ces tacs les réveillèrent, Jade avait mit la flèche en plein milieu de la cible.

— Vous savez commença Jonny lorsque Jade est entré ici elle était aussi bonne qu’elle l’est maintenant, je la soupçonne d’avoir prit, 100 POINTS POUR JADE ! , D’avoir prit des cours ailleurs mais elle n’a jamais voulu TACK ! , Me le dire, 100 POINTS POUR HERMIONE, ÉGALITÉ!! Hermione avait en effet attend le milieu. Et Hermione, elle, a commencé ces cours ici mais en avait fait pendant longtemps seule chez elle.
Les filles retendirent leurs arcs et tirèrent. TACK !!

— 200 POINTS POUR HERMIONE.TACK !!
Hermione venait de tirer en plein milieu.
— 180 POINTS POUR JADE. Elle venait de tirer dans l’anneau juste avant le centre. 180 à 200 POUR HERMIONE.
— Youpi Hermione, GO!! Tu es capable! Cria Harry
Il restait un dernier round, et Hermione avait l’avantage. Les filles tendirent leurs arcs et décochèrent leurs flèches, encore. 2 TACKS se suivirent.
— ÉGALITÉ !!!!!!! 280 À 280. Jade avait rattrapé sont retard et Hermione avait eu l’anneau juste avant le centre. Faites un round de plus.
Désespérées et fatiguées, Hermione et Jade décochèrent une nouvelle fois leurs flèches. TACKS !! ( Je commence à être tannée de ce bout)
— HOURRA !!!! 380 À 360 POUR JADE !!!
Les filles s’enlacèrent et Harry n’arrêtait pas de leurs demander des conseils. Après quelque partie et qu’Harry est totalement comprit comment marchait l’arc sans viseur, ils retournèrent chez les Granger et pour le souper, après quelques minutes de télévision. Jade Granger, qui était revenue et M Granger repartit, les appela pour se préparer à aller souper.
— Aller souper ? On va à quelque part. demanda Harry
— On va au restaurant, aller vous habillez. Harry étonné monta, mais quand il s’aperçut qu’il n’avait rien de mieux à mettre que ce qu’il avait sur le dos, il cogna à la porte d’Hermione.
— Quoi ?
— Peux-tu refaire le sort que tu as fait pour mes vêtements à mes vêtements de ma valise s’il te plaît ? Elle sortit avec les cheveux un peu plus plats que d’habitude et sa baguette dans les mains.
— Oui, bien sûr.
Rendu dans sa chambre elle fit le Pellinovus sur tout ce qu’Harry avait comme vêtements avant de repartir. Harry se vêtir d’un jeans plus foncé et d’un t-shirt mettant en valeur ses yeux. Il descendit Jane était déjà prête.
— Tu connais Hermione depuis le début de la 1er année ?
— Oui. Dit-il, il était encore gêner qu’elle les ait surprit entrait de s’enlacer et sangloter.
— On va s’amuser, donc ne fait pas cette tête là. À ce moment Hermione descendit l'escalier. Merveilleuse voilà un mot qu’ils auraient pu utiliser pour la décrire. Elle portait une robe moulante rosée, ses cheveux ondulait légèrement.
— Bon on y va.
Elle afficha un sourire voyant Harry les yeux écarquillés et la bouche entre-ouverte. Il aimait Hermione et la trouvait déjà belle, rien n’était plus belle qu’elle, même en photo, même portant des guenilles elle le serait toujours, mais là, là il fondait.
— Harry !!! Son nom agit comme un réveil-matin et le réveilla sur le coup, il se sentit rougir. On y va! Ils embarquèrent dans la Mercedes. Durant le dîner, ils s’amusèrent beaucoup quand, après un repas copieux de mets qu’Harry n’avait jamais vu ou goûté, Mme Granger décida de prendre la parole.
— Bon, Harry, Je voulais de souhaiter un joyeux anniversaire et pour fêter ça Hermione à choisit une activité, que j’ignore, qui devrait te plaire. Donc, moi je m’en vais et je reviens dans…3 heures. Il regarda Hermione, un sourire naquit sur ses lèvres.
— Ce…ce n’était pas nécessaire et tu m’as déjà donné un cadeau.
— Le cadeau ne vient pas de moi. Dit-elle en pointant sa mère du regard. Bon on y va, ils sortirent et marchèrent 10 minutes, Hermione n’arrêtait pas de regarder sa montre.
— Tu peux me dire c’est quoi maintenant ? Elle lui sourit d’un sourire qui le faisait fondre.
— C’est une surprise… Regarde c’est ici.
— Un…un…ci... cinéma ??
— Oui et tu choisis le film… J’espère que je ne fais pas trop amoureuse en faisant ça, ce n'est
qu’un film entre amis après tout…
— Bon d’accord dans ce cas je prends ’’À l’écoute de son cœur’’ du doit l’aimé non ? Il a un poster d’eux dans ta chambre.
— Harry ! C’est ton anniversaire. Je fais ça pour toi, moi !
— Et à mon anniversaire je veux faire plaisir à ma meilleure amie, tu ne m’en voudras surement pas. Ils entrèrent dans la salle le film dura 2 heures. Harry ne le trouvait pas si intéressant que ça, les films romantiques voyons, au moins des idées le venait en tête durant le film. Il faisait plaisir à Hermione et il pouvait la regarder durant les moments importants du film.
— Je ne comprends toujours pas pourquoi tu as fait ça, c’était ta fête ! Il se contenta d’un sourire comme réponse. Bon vu que tu t’ais décidé de ne pas me réponde et qui reste du temps, ça te dirait d’aller magasiner ? Ils allèrent magasiner et Hermione offra un ensemble de vêtements à Harry non sans riposte.
— Comme c’est répugnant, le balafré et la sang-de-bourbe Dit une voie qu’il connaissait bien.
— Que fais-tu ici, Malefoy ! Un endroit comme celui-là n’est pas pour les gens de ton espèce, les ingrats.
— Ça ne te regarde pas, Potter, par contre je ne vois pas ce que tu fais ici seul avec cette ignoble sang-de-bourbe sans Weasley, les rumeurs parte vite à Poudlard. Harry acceptait que Malefoy l’insulte mais qu’il insulte Hermione ça il ne pouvait pas. Tu aurais dû mourir, on n'aurait pas à te supporter cette année encore. Il ne pouvait pas utiliser la magie mais de façon moldus sa défoule. Il s’avança vers Draco et le frappa en plein dans le visage ce qui le fit tomber à terre.
— NE T’AVISE PLUS DE DIRE ÇA !!!! AS-TU COMPRIT ? !!! Il partit en courant.
Hermione savait que devant Malefoy qu’il libèrerai sa colère refoulée, mais pas pour elle. Les 3 heures étant écoulées et Mme Granger arrivé, ils durent arrêter leurs emplettes et ils rentrèrent. Rendu chez les Granger, 2 hiboux attendaient, il put immédiatement reconnaître Coq, il voulut l’attraper mais il alla vers Hermione. Harry prit la lettre d’un grand duc. Il reconnut l’écriture propre et fine de Dumbledore


Dernière édition par le Jeu 2 Mar à 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Jeu 2 Mar à 20:58

VOICI LA SUITE DE LA SUITE DE LA SUITE Sleep DU CHAPITRE 2

Chère Harry

Je dois t’aviser que le testament de Sirius sera lu à Grimauld Place demain et tu te dois d’y être. Tu dois te demander pourquoi je t’ai envoyé chez Miss Hermione Granger plutôt qu’avec M Ronald Weasley, je me trompe ? C’est tout simplement parce qu’il ne serait pas sage de couper son voyage en Roumanie. Soit présent à 1 heure. Miss Hermione Granger peut rester chez elle s’elle veut.
Professeur Albus Dumbledore

Hermione prit la lettre des mains d’Harry et lui donna sa lettre. L’écriture malpropre et désordonnée de Ron était sur cette lettre.

Chère Hermione et Harry
Dumbledore vient de m’écrire pour me dire de ne pas venir chez toi, donc et je vous reverrais à Grimauld Place. Mon voyage ce passe très bien si vous voulez savoir. Je suis heureux que Hermione t’ait invité, Harry, au moins tu ne dois pas t’ennuyer.

Ron


— Et si on ne veut pas savoir !!!!!! Il n’aimait pas les lettres de Ron, il ne savait pas du tout comment s’y prendre.
— Je sais où je vais demain. Dit Hermione pour changer de sujet.
— Quoi ? Mais tu peux rester avec tes parents, tu ne les reverras plus avant longtemps, je ne veux pas t’obliger à qui…
— Je veux y aller avec toi, coupa-t-elle
— Bon je vais me coucher, moi dit Jane Ils regardèrent un peu la télévision sur le même sofa, Harry et Hermione étaient beaucoup plus intéressé à se parler qu’à la regarder. Hermione proposa à contre-cœur d’aller se coucher. Harry cogna à la porte de la chambre de son amie pour lui souhaité bonne nuit. Elle l’ouvrit, elle portait un pyjama bleu poudre avec un chat blanc, ses cheveux étaient détachés, Harry portait un bas de pyjama vert qui lui allait présentement bien et un chandail bleu qui allait ôter.
— Je suis juste venu te dire bonne nuit, dit-il gêner
— Merci, bonne nuit à toi aussi, Harry. Un silence gênant plana.
— Merci pour tout, c’est le plus bel anniversaire que j’ai eu jusqu’à présent, même s’il est un peu en retard.
— Harry… Elle l’enlaça tendrement et il répondit immédiatement. Une autre bonne nuit et ils partirent.
Harry se coucha et avant que ses pensés soit devenu rêve, il pensa à Hermione. Il l’aimait tant, secrètement certes, mais son amour était plus fort que tout, tout sauf la peur de perde son amitié déjà acquise avec elle, si elle ne l’aimait pas, tout serait différent. Il aimait et respectait Hermione qu’il finit par se dire qu’il voudrait mieux l’oublier. Il préférait ne pas lui déclarer ses sentiments que de la perde. Il en mourrait probablement. Il avait perdu tout espoir mais, il ne pouvait pas lui résister à elle, ses sourires, ses yeux chocolats, il continuerait à l’aimé. Il ne supporterait pas qu’on lui fasse du mal, il la protègerai, pour lui valait mieux mourir que de perde Hermione, dans les 2 cas, il mourrait de toute façon. Il n’était peut-être juste à ses yeux un ami ou le frère qu’elle n’a jamais eu. La jalousie ne s’était pas présenter encore et ne se présentera jamais. Si Hermione est heureuse avec un autre, Harry serait heureux près tout, comment une fille aussi merveilleuse, courageuse, compréhensive et intelligente qu’elle pouvait rester seule sans mari. À ses pensés des larmes d’espoir oublier apparurent, l’espoir de voir Hermione avec lui. Les larmes disparurent quand pour la 4e soirée de suite le rêve commença. Lui et Hermione sur le bord du lac de Poudlard, il lui avouera son amour et elle l’embrassait, c’était le rêve le plus simple qu’il n’avait jamais fait, mais c’était aussi son plus beau.

Hermione, elle, pleurait toutes les larmes qu’elle avait en silence. Elle était folle, folle de ses sentiments qu’elle ne pouvait exprimer, elle savait. L’amour le plus simple est le plus fou, son amour était simple, mais il portait des conséquences compliquées. Son amour était d’une simplicité incroyable, un sourire, un regard la rendait heureuse. Elle portait avec elle un amour fou…simple…dangereux…complexe.


Dernière édition par le Ven 28 Avr à 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Ven 28 Avr à 15:07

Bon! voici ENFIN! mon 3e chapitre! désolé j'ai 1 gros mois de retard...bon ok, je la met maintenant...Ah oui, j'oubliais...Bonne Lecture...et une p'tite review ne fait pas d'mal à personne, surtout pas à l'auteure lol...

Chapitre 3 : Le testament


La journée passa vite, Harry et Hermione avait joué plusieurs partit de Ping-pong et une partit d’échec.13 heure sonna sur l’antique horloge des Granger. M Granger sursauta lorsque 4 Claps de suite retentirent dans la maison. Harry et Hermione valise en main et surexcités sautèrent de joie de pouvoir enfin revoir leurs vieux amis. Nymphadora Tonk alias Tonk, Alastor Maugrey alias Fol oeil, Rémus Lupin alias Lunard et Minerva McGonagall venaient de transplaner dans la maison.
 -Bonjour vous tous, alors sa va ? Demanda une Tonk avec des cheveux violet clair et des yeux gris-bleu.
 -Oui dirent-ils en même temps. Après des salutations convenables et des regards sur les ‘‘étranges’’ objets des Granger, il se rappela qu’Hermione avait décidée de venir.
 - Tu sais…, tu peux rester avec tes parents, tu ne les reverras pas avant Noël, je ne veux en aucun cas t’obliger à venir.
 -Je te l’ai déjà dit et je le répète une dernière fois, Harry, je veux venir.
 -Bon tout est réglé, on y va ! Grogna Maugrey, faites vos au revoir et accrocher vous à un bras.
Hermione se précipita dans les bras de sa mère et l’embrassa sur la joue, Mme Granger lui souffla des mots qu’il ne peut entendre mais qu’ils l’avaient fait rougir. Ce fut à son tour.
 -Merci beaucoup de m’avoir invité, c’était un plaisir de vous voir, même si c’était seulement une journée, c’était une des plus belle de ma vie. Remercia-t-il
 -Mais se n’est rien, voyons pas besoin de me remercier pour ça, tu devrais remercier Hermione pour nous avoir convaincu…elle baissa la voix et ce rapprocha de son oreille pour que lui seul entendre… même s’elle avait de très bon argument, elle est très convaincante ma Hermione… J’espère que tu t’amuseras bien à ton école, tu peux revenir quand tu veux.
Harry prit le coude de Lupin et après un décompte, ils disparurent, Harry ressentit un haut de cœur, il lui sembla que tout ses organes aient montés jusqu’à sa gorge, puis soudain tout retrouva son emplacement 4 claps se fit entendre et il tomba à quatre pattes sur le sol de bois d’une chambre emménagé grossièrement pour plusieurs personnes.
 -Harry c’est ici que tu vas dormir avec Ron quand il va arriver.
Arriver au Square Grimmaurd, la 1ère chose qu’il a fait à été, après d’avoir salué tout le monde, de demander à voir Dumbledore. D’après McGonagall il arrivera après le souper.
 -J’ignorais que Sirius avait fait un testament. Dit-il à toutes les personnes présentent sur la table à manger sans qu’il ait quelque chose dessus. Après, il décida d’aller s’étendre sur son lit en passant à ce qu’il pourrait faire à Poudlard et en regardant virevolté le petit balai miniature que Fred et George lui avaient envoyé pour son anniversaire.
 -Mais qu’est-ce que tu fais là ? Il avait oublié de fermer la porte et Hermione l’avait remarqué.
 -Moi ? Rien du tout.
 -Dans ce cas, sa te dit d’aller te promener. Il accepta et ils sortirent dehors.
Après une petite marche ils s’arrêtèrent sur le bord d’une rivière, de jolis bancs était installés et ils s’assirent. Hermione, les yeux fermés, s’étaient collée contre Harry sa tête sur son épaule et sa main droite fermée en point sur son torse. Il adorait pour peu dire cette position d’une main tremblante il caressa les cheveux d’Hermione. Ils étaient si doux, si beaux, ses cheveux qui lui donnait toujours se petit caractère qui lui plaisait tant. La chaleur de leurs corps lui faisait énormément de bien. Elle ouvrit les yeux et croisa le regard d’Harry, il ne savait pas ce qui se passait en ce moment mais ses yeux lui donnait l’impression de n’avoir jamais connu la douleur, la peur et le mal, il n’y avait que son amour pour elle et ses magnifique et doux yeux chocolat. Son sourire vermeil et ses lèvres, lui donnait une grande et insoutenable envie de l’embrasser. Non ressaisit-toi Harry, Hermione est…Hermione quoi. Tu la mettrais en danger non, je le fais pour elle et en plus qu’est-ce qui te dit qu’elle veut, voyons. Mais son regard était hypnotique, il ne put se retirer, il fit un sourire et soutint le regard.

Harry avait beaucoup grandi et grâce au quidditch, il était bien musclé mais cela l’importait peu comparé à la beauté de son esprit, il avait beaucoup sur la conscience et cela la rendait admirative à l’égard de Harry mais aussi amoureuse. Elle n’aimait pas spécialement Harry pour son physique, n’y pour la gloire que son nom lui apporte, mais bien parce qu’il est attentionné, généreux, drôle, compréhensif, il serait prêt à donner tout pour ses amis bref parce qu’il est Harry. Dans cette position, elle ferma les yeux pour mieux apprécier le moment présent mais quand elle sentit sa main sur ses cheveux, elle ouvrit les yeux et elle croisa le regard de Harry, une connexion se fit, il n’avait que le bien, lui, son amour et ses yeux vert émeraude qui lui donnait un charme irrésistible. Il lui sembla qu’elle avait vécu toute sa vie à ses coté, qu’il pourrait tout lui dire, sans rien oublier.
 -À vous voilà vous deux…eeee… je vais repartir, c’était la voix de Tonk elle avait surement vue Hermione étendu sur Harry et qu’il se regardait d’une façon très… spéciale.
Ils firent un saut, Hermione se projeta sur le bout du banc, ils étaient rouges de la tête au pied.
 -Mmmmm… pourquoi es-tu venus ? Osa demander une Hermione écarlate après un certain laps de temps.
 -Et bien…je…je voulais simplement vous avertir que 1 ce n’était pas prudent de vous promener seul 2 que Dumbledore est arrivé et 3 que le souper est servi. Dit Tonk en trouvant ses pieds plus qu’intéressants.
Tonk était aussi rouge qu’eux. Ils se levèrent et en rentrant, il vit sur la table à la lumière des bougies de la dinde et du potage. Dumbledore était présent ainsi que Lupin, Maugrey, McGonnagall et finalement Rogue, où était les autres ? En mission surement.
 -Venez manger, allé, dit Dumbledore. Une fois assit Maugrey leur adressa la parole
 -Écoutez-moi bien, vous deux et particulièrement toi, Harry, vous ne devez en aucun cas sortir sans être accompagner et surtout, surtout venez au moins nous avertir, c’est très important, vous avez comprit ? Voldemort est de retour je croyait que tu l’avais comprit, Harry…
 -Voyons Fol Œil, laisse leur un peu de vie, ils ont le droit de s’amuser. Répliqua Tonk en adressant un clin d’œil discret aux amis.
 -Pas durant ce temps, tu le sais bien !!!…c’est trop dangereux !!! grogna-t-il
 -C’est que tu es devenu paranoïaque… Lupin déposa un peu rudement des plats sur la table, coupant ainsi leur conversation, et ils mangèrent.
Harry et Hermione ne c’était pas dit un mot sachant très bien que Tonk les regardait pour ne pas dire les dévisageait. Hermione parlait à Rémus et Harry ne parlant pas se contenta d’écouter la voix d’Hermione, le testament arrivait cela lui gâchait son moral. Le souper fut trop rapidement fini et Dumbledore s’approcha de lui, le moment approchait.
 -Harry, je crois qu’il est temps…Severus, Minerva, Alastor vous pouvez partir. Il ne restait que lui, Hermione, Tonk, Lupin et Dumbledore. Tu es prêt ?
 -Oui, vous pouvez commencer. Il sortit un papier, un parchemin longueur normal. Il commença la lecture.
 -Moi, Sirius Black, je lègue à Rémus Lupin tout papier et document concernant mon passé à Azkaban et Poudlard. Je lègue à Harry Potter la maison des Black et tout ce qu’elle contient, il possédera la maison seulement rendue à majorité en entendant Nymphadora Tonk sera la propriétaire, L’ordre du Phénix devra continuer sous cette propriétaire. Des larmes coulaient des yeux de Tonk. La voix de Dumbledore changea et il arrêta de lire. Hermione, toi, Sirius de donne la bibliothèque qui se trouve dans le Grenier, elle contient de très ancien livre. Bien, vous pouvez partir, Harry, je voudrai que te parler. Ils partirent, Hermione semblaient étonné. Elle avait reçu une bibliothèque du parrain d’Harry et elle le connaissait à peine. Harry s’étonnait moins, elle avait aidé pour qu’il puisse s’en aller en 3e année.
 -Je voulais te parler d’un sujet important, Harry. Tu dois savoir quel et la chose qui te différencie de Voldemort, bien sur.
 -Oui…l’amour de ma mère…professeur je l’ai entendu des milliers de fois.
 -Mais Harry, il n’y a pas que l’amour de ta mère, toutes les sortes d’amours, l’amitié, l’amourette et le véritable amour celui que 2 âmes sœurs partagent. Donc le seul moyen de le vaincre est, bien sur de t’entraîner beaucoup mais aussi l’amour que tu portes à tes amis peut beaucoup t’aider, aussi, toutes les sortes, Harry et bien sur plus l’amour est fort plus tu seras fort. Harry n’avait pas du tout envie de parler à Dumbledore, il voulait sortir de cette pièce, finir le plus vite possible cette conversation, idiote selon lui, mais l’était-ce vraiment ? Bref, les seuls envie qu’il avait maintenant est de s’isolé dans un endroit où il serait seul ou bien se changer les idées avec Hermione, ça ne serait pas compliqué avec elle. Mais il avait aussi quelques questions à poser.
 -Oui…bien sur, mais j’ai une question professeur, dans votre lettre vous m’avez écrit qu’Hermione pouvais rester chez elle si elle le voulait, mais en fait elle devait être présente. Dit-il un peu nerveux de parler d’amour avec Dumbledore et heureux d’avoir changé le sujet de la conversation.
 -Je me doutais bien que tu me poserais cette question. Et pour ta réponse, je vais te montrer ceci. Il leva le testament en pointant les mots ’’Je lège à Hermione Granger la bibliothèque de ma famille, comportant plusieurs livres uniques au monde si elle vient au Square Grimmaurd par son peins gré si Harry Potter lui demande.
 -Pourquoi ?
 -Ça explique que le testament est lu ici et non dans un endroit plus convenable.
 -Pourquoi fallait-il que je lui demande ? répéta-t-il
 -Seul Sirius à cette réponse, Harry. Il savait bien, il mentait mais il décida de garder ça pour lui sachant qu’il n’aurait pas de réponse.
 -Harry durant les mois qui vont suivre, je te présenterai plusieurs manuels qui faudra que tu apprennes et à chaque début de mois, je te ferai passer un examen, c’est très important contre Voldemort.
 -Oui, bien sur, professeur. Dit-il anxieux de finir, de partir.
 -Merci Harry, tu peux partir, je crois que Miss Granger va vouloir des explications. Sa me rappelle, justement que je te donnerai les BUSE bientôt ainsi que plusieurs autres lettres mais pas avant que M Weasley ne soit arriver. Je vais te donner le premier manuel à Poudlard.
 -Oui, je lui dirais, elle sera contente. Il se tourna vers la porte.
 -Harry, Sirius voulait que je te donne ça aussi, il sortit d’un tiroir un paquet semblable à un livre. Tu peux sortir, maintenant.
 -Merci. Il monta et vit une Hermione qui semblait perdu dans ses pensés sur le rebord de la fenêtre juste avant son dortoir.
 -Hermione ? Qu’est-ce que tu fais ?
 -Moi ? Rien. Qu’est ce que Dumbledore voulait ?
Il lui parla des livres qu’il devra lire chaque mois, de la rareté de ses livres dans la bibliothèque que Sirius lui a légué, que c’est avec l’amour qu’il doit battre Voldemort et des BUSE.
Aux mots ‘’Dumbledore m’a encore dit que c’est avec l’amour que je battrai Voledmort mais cette fois il dit que toute les formes d’amour sont bonnes’’ le cœur d’Hermione manqua un battement. Toutes les formes, je veux l’aider, moi, oui moi et pas personne d’autre, ça sera moi qui l’aiderai, puis le mot BUSE la réveilla, les résultats d’innombrable heures d’études enfin arriveront.
 -BUSE !!! Tu n'aurais pas pu me le dire avant, quand ?
 -Bientôt, mais Dumbledore m’a aussi donné un paquet de Sirius. L’aire joyeuse d’Hermione changea aussitôt la tristesse le remplaça.
 -On va dans ta chambre ?
Il accepta et lorsqu’ils étaient installés confortablement ils regardèrent le paquet. Délicatement, il déchira le papier gris. C’était un livre avec des pages plus grosses. Sur le livre un mot était écrit ‘’Album’’. À l’intérieur le livre était bien identifié au nom de Sirius Black.
 -L’album photo de l’enfance de Sirius avec tes…tes…
 -Mes parents. Fini-t-il. Avec Hermione il regarda les photos animées pendant 1 heure de temps, à la fin, il avait un grand sourire et les yeux brillants.
 -Il est tard, maintenant, je vais aller me coucher, merci de m’avoir laissé voir les photos, j’espère que tu vas bien, bonne nuit à demain.
 -Bonne nuit, Hermione. Il se lassa tombé paresseusement sur son lit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Ven 28 Avr à 15:10

Bon, j'ai une petite intuition qui me dit que je vais devoir coupé ce chapitre... SUITE DU CHAPITRE 3



Ils ne voyaient rien, il ne sentait rien, mais cette fois, une chanson se chantait, c’était une sorte de chanson grave des sectes sataniques, cette chanson l’enivrait, mais en plus le cri du phénix se confondait vraiment bien avec les paroles. Les paroles étaient floues mais au fur et à mesure ils devenaient clairs mais il ne retint qu’un bout, le refrain avec un autre bout : (p.s : cette fic n’est pas une song fic, et cette ‘’chanson’’ est totalement de moi)

Tu amare, te illa amare,
Ela amare, ela te amare,
Amicus aut amor,
Amicus et amor,
Por totus diurnum,
Por totus illa vita…

Oculus crociata,
Manus Interlaqueare,
Labrum toccare,
Cordis inflammare…


Des paroles en latin, il les retint le mieux que possible. À son réveille, il marqua la chanson sur un papier et il l’a chanta le reste de la journée, il aimait, sans savoir pourquoi, cet air.
 -C’est bien cette chanson, qu’est-ce que c’est ? Demanda Tonk
 -Une chanson de… enfin je l’ai rêvé… Tu sais où es Hermione je ne l’ai pas vu de la journée. Elle afficha un sourire narquois.
 -Elle doit être dans sa chambre, tu ne l’as pas vu au dîner ?
 -Non, pourquoi fais-tu ce sourire ? Elle augmenta son sourire, ce qui le tracassa.
 -Ne ressentirais-tu pas par hasard plus que de l’amitié pour elle ?
 -Mais de quoi tu te mêles ! cria-t-il en haussant un peu plus le ton qu’il ne l’aurait voulu
 -Ne le prend pas comme ça, Harry. Je ne voulais pas…enfin je suis simplement curieuse, c’est juste qu’hier…votre regard…désolé. Il remonta et toqua à sa porte. Hermione, tu es là ? Rien.
Il descendit et il s’assit sur un fauteuil, il se sentait soudain seul, un poids s’installa en lui. Il ne s’était pas rendu compte jusqu’ici, qu’il était dans la maison de son parrain, son parrain décédé l’année passé. Durant les derniers jours en compagnie d’Hermione il n’y pensait plus, elle le faisait rire et ça seul présence le rassurai, mais maintenant ce fut trop gros pour qu’il l’ignore plus longuement ; son parrain lui manquait, il avait hérité de sa maison et il était dans sa maison qui était rendu la sienne.
 -Ça sera l’endroit où j’habiterai pendant des années, c’est ici l’endroit que je vais aller pour quitter les Dursley. L’endroit libérateur. Murmura-t-il pour lui-même. Une heure passa quand il décida de se lever de son fauteuil. Il se promena sans rien faire d’autre que de déplacer et de nettoyer brièvement un peu les objets.
 -Mais où peu bien être Hermione ? J’aurai besoin d’elle maintenant. Il se coucha sur son lit en entendant un quelconque signe de sa part. Étant écœuré d’attendre, il décida à contre-cœur de redemander à Tonk, la seule personne présente dans la maison, où était Hermione.
 -Elle est au grenier, je pense. Elle doit lire. Il la remercia et regretta de ne pas l’avoir cherché là où il avait une bibliothèque. Il entrouvrit la porte.
 -Hermione ? Tu es là ?
 -Oui, rentre aller.
 -Tu sais que je te cherche depuis ce matin, je ne t’ai pas vu de toute la journée.
 -Il n’est pas si tard que ça, il est… passé 17 ! Je me suis levé à 8h et j’ai lu toute la journée ! Elle laissa tombé son livre et porta tout son attention sur Harry. Le reste de la journée passa assez rapidement et après une bonne nuit et un sourire ils allèrent se coucher. Des jours passaient, le rêve d’Harry ou plutôt les paroles et le cri enivrait du phénix devinrent plus claires et il retient une suite. (p.s : cette fic n’est pas une song fic, et cette ‘’chanson’’ est totalement de moi)

Tu amare, te illa amare,
Ela amare, ela te amare,
Amicus aut amor,
Amicus et amor,
Por totus diurnum,
Por totus illa vita…

Oculus crociata,
Manus Interlaqueare,
Labrum toccare,
Cordis inflammare…

Solus ela posse te adjutare,
Ad complere tuus prophêtêssi,
Ne illa tremere passus,
Li ne illa tutare passus,
Quare tu essera illac,
Elle essere totus hoc te…

Oculus crociata,
Manus Interlaqueare,
Labrum toccare,
Cordis inflammare…


 -Harry réveille-toi! Harry! Elle le secoua un peu. En se réveillant, Hermione était au-dessus de lui. Il la regarda dans les yeux et comme si s’était plus fort que lui il se mit à chanté cette chanson encore incomplète. Hermione pendant qu’Harry chantait s’apercevait que cette chanson, en latin, incompréhensible pour elle, l’attirait, c’était la 1ère fois qu’elle l’entendait et une sorte de lien l’empêcha de bouger, de parler et même de respirer trop fort, elle ne faisait qu’écouter. À la fin, son cœur battait à tout rompe, pendant un instant elle aurait pu la chanter mots par mots comme si elle l’avait écouté des millions de fois, mais là, là elle ne saurait même pas prononcer un mot de toute cette chanson. Elle replaça une mèche rebelle derrière son oreille.
 -Qu’est-ce que c’est que ça ? Demanda-t-elle nerveusement. Mais il ne répondit pas, il se jeta sur ses lunettes prenant une feuille et marqua les nouvelles lignes. Hermione répéta.
 -Je ne sais pas, je le rêve… c’est plus fort que moi.
 -Bon…peu importe Ron est en bas et Dumbledore est d’accord pour nous donné les résultats des BUSE. Alors, dépêche toi ou je te jette un sort.
 -Tu n’oserais jamais, dit-il en sortant du lit et se précipiter vers la porte.
 -Tu crois ça, dit-elle en se mettant à sa poursuite.
 -Enfin Harry te voilà, passons au déjeuné et je vais vous remettre les lettres. Dumbledore désigna de la main la table, Ron y était installé et mangeais déjà, il se souvint de sa lettre et étrangement, sa ne lui tentait pas de lui souhaiter le bonjour, il était heureux seul avec Hermione pendant ces jours… ça allait changer.
 -Mais, professeur, vous nous avez dit qu’on les …
 -Un peu de patience, Miss Granger, on va mieux apprécier les résultats avec l’estomac plein, mais, vous ne devrez pas vous inquiéter de les votres. Elle rougit et s’assit à côté d’Harry, voyant que ses amis n'avaient rien dit, elle décida de parler.
 -Ça fait longtemps qu’on ne t’a pas vu Ron! Comment s’étaient tes vacances? Elle lui afficha un regard noir pour ne pas qu’il gaffe.
 -Sa a été super! Les meilleures vacances que je n’ai jamais eux! Je crois que je le mérite bien après l’année dernière. Mais, toi tu dois être contente, tu vois enfin Harry, tu sais, Harry que Hermione m’a achalé durant tout l’été avec c’est «Est-ce que Harry va bien, il te la dit, à toi? Je m’inquiète vraiment pour lui, il peut nous dire qu’il va bien et c’est faux»
Elle était bouche bée, ce que Ron avait omis de dire était essentiel, il avait oublié de mentionné qu’elle lui écrivait pour lui dire ça et aussi, après que Ron lui avait dit qu’il n’écrira pas à Harry, pour le convaincre de lui écrire car il était son ami et aussi elle voulait absolument des nouvelles de Harry autre que celles qui lui envoyait, simplement pour être convaincu que c’était vrai que Harry allait bien. Mais en vain car Harry n’avait pas écrit à Ron. Mais plus cela persistait, plus elle trouvait Ron stupide, le pire idiot que la Terre n’est jamais porté… il sous-entendait Sirius en plus, elle lui écrasa le pied pour qu’il voit son regard noir. Harry et Ron ne se parlaient plus préférant de parler à Molly, Arthur, qui était resté pour déjeuner, et Lupin. Le repas fini et toutes les personnes partit, Dumbledore leur remit les lettres en main propre et avant qu’ils les ouvrent, prétendant qu’il avait quelque chose à faire, il partit. Harry ouvrit sa lettre :

Bonjour M. Harry James Potter,

Comme vous le savez surement, vous avez passé dernièrement
Votre Brevet Universel de Sorcellerie Élémentaire (BUSE).
Le (la) sorcier (ère) sera admis(e) s’il (elle) obtient les notes suivantes :
Optimal (O)
Effort exceptionnel (E)
Acceptable (A)
Malheureusement, le (la) sorcier (ère) est recalé s’il (elle) obtient
l’une des notes suivantes:
Piètre (P)
Désolant (D)
Troll (T)

Harry James Potter a obtenu:

Soins aux créatures magiques E
Botanique A
Métamorphose O
Astronomie D
Défense contre les forces de mal O
Histoire de la magie A
Potion E
Divination T
Sortilège E
Vous avez eu 7 Buse sur 9. Nous vous recommandons de prendre comme option les cours suivant : Soins aux créatures magiques, Métamorphose, Défense contre les forces de mal, Potion, Sortilège. Si vous désirez prendre les cours avec un (A) acceptable, vous devrez demander au professeur de cette matière.


En vous saluant, Stefan Rueff


Une liste de fourniture scolaire à acheté l’accompagnait, le formulaire pour les sortit à Pré-au-lard et aussi d’autre lettre l’accompagnait :

Vous entamez votre 6e année à Poudlard école de sorcellerie élémentaire et des nouveaux cours spéciaux demandant l’acceptation des parents sont proposés; La transformation en animagus et les cours de transplanage. Veuillez remettre cette lettre signée au directeur (directrice) de votre maison. De nouveaux changements se fera à Poudlard cette année pour tous les étudiants, en autre les nombreux bals, les dates sont encore à vérifiées, mais seront au alentour de Halloween, Noël, Saint-Valentin, Paque et un autre au mois de juin, avant la fin des cours. Mais ce n’est pas tout, cette année, Poudlard accueillera les élèves d’une nouvelle école, l’école Johare, nouvelle école qui nous a demandé de lui montrer l’exemple d’une école normal, nous accueillerons 16 élèves (8 garçons et 8 filles) de différents âges donc 4 élèves (2garçons, 2 filles) dans chaque maison. Nous nous devons de montrer le bon exemple, aucun geste déplacé ne sera toléré et sera sévèrement puni.


Albus Dumbledore, directeur de Poudlard


Et l’autre :

Bonjour M. Potter, je voudrais vous dire que suite au départ de Miss Angelina Johnson, il ne reste aucun capitaine de l’équipe de Quidditch de Griffondor cette année, alors j’ai l’honneur de vous dire que vous êtes choisi pour être le capitaine de Griffondor. Je profite de cette lettre pour vous dire que les cours de AD seront disponibles à tous les élèves voulant y participer et vous, ainsi que Miss Granger et M. Weasley serait si nous avons votre accord, les nouveaux professeurs de AD. Veuillez me donner votre réponse le plutôt possible.
Minerva McGonagall
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Ven 28 Avr à 15:12

La suite de la suite du chapitre 3


Harry détourna les yeux, Hermione passait son doigt sur ses résultats.
 -J’ai 7 buses sur 9 toi? Demanda-t-il à Hermione. Elle rougit et avait un air triste
 -J’en ai 11 sur 11 mais j’ai un effort exceptionnel en Défense contre les forces du mal, elle semblait triste… J’étais sur de tout avoir raté, je suis soulagée.
 -Tu t’inquiètes vraiment pour rien, si tu n’avais pas eu un seul Optimal, là j’aurai cru que les professeurs ont un sérieux problème. Elle prit la lettre des BUSE de la main d’Harry et le félicita.
 -Tu m’as battus! Toi, tu as quoi? Demanda-t-elle a Ron
 - 6 sur 9, mais Histoire de la magie, Potion et défense contre les forces du mal, ce n’est pas vraiment important, non?
 -Oh non! S’exclama Harry en ignorant Ron, je ne pourrai pas devenir Auror, j’ai pas Optimal en Potion.
 -Tu pourras demander à Dumbledore pour avoir ce cours, proposa-t-elle.
 -Oui, d’accord, avez vous eu la lettre sur l’AD?
 -Non montre-moi ça! Elle lui retira la lettre de McGonagall des mains et la lu 2 fois.
 -Moi je suis d’accord, mais préfète ainsi que professeure, c’est beaucoup pour moi, en plus les études et les Aspics l’année prochaine. Ron retira brusquement la lettre des mains de Hermione.
 -Préfète!! Bravo Hermione, encore! Qui est l’autre? Dit Harry
 -Oui et toi, tu es le capitaine de l’équipe de Quidditch de Griffondor. Dit-elle en rougissant.
 -CAPITAINE! PRÉFÈTE! Et moi, moi je ne suis même pas préfet! Je ne le suis plus et sa intéresse personne! Hurla Ron
 -Ron calme-toi, on ne pouvait pas savoir. Riposta Hermione
 -Je m’attendais à une meilleure entrée de la part de mes amis !! Il s’avançait vers sa mère qui signa les papiers et il monta dans la chambre qu’il partageait avec Harry, on entendit très clairement la porte claquée.
 -Qu’est ce qui ce passe, Hermione ? Dit-il sachant qu’il était capitaine de l’équipe de Quidditch, que Hermione soit préfète et lui non soit les seules raisons de sa colère.
 -Ce n’est rien, il est juste énervé et apeuré.
 -Il a peur de quoi ? Dit-le moi, moi je te dis tout.
 -Bon d’accord, ce n’est rien, c’est juste que Ron pense que tu réagiras comme au début de l’année passé et il a peur de ça, je lui ai envoyé plusieurs lettres pour le convaincre de t’en envoyer une et en fait, dans sa lettre il n’a pas vraiment été comme un ami aurait dû l’être… Il ne fût pas le moins du monde surpris, ça c’est bien Ron ! …
 -Tu ne crois pas qu’on devrait aller lui parler ?
 -Ha non, pas question ! J’ai passé l’été à le convaincre et s’il ne veut pas, c’est son problème pas le mien ! Et je ne crois pas que si tu lui parles que ça va arranger quelque chose, c’est de ça qu’il a peur. Hermione avait surement raison, mais Ron malgré ça lettre était son ami.
 -Ron est quand même mon ami, Hermione.
 -Tu te rappelles sa lettre ? De sa jalousie ?? Et de l’année passée ???? Dit-elle dans l’espoir de passé cette dernière journée seule avec Harry…
 -Mais, Ron doit quand même dormir ma chambre…
 -Donne-lui au moins un peu de temps, c’est trop frais dans son esprit, là si tu lui parles, ça va surement juste empirer les choses. Harry acquiesça…je…je vais lui parler tantôt, continua-t-elle, en attendant, j’aimerais, si tu le veux bien, entendre de nouveau cette chanson. Je l’aime beaucoup.
 -Tout pour te rendre heureuse dit-il en s’inclinant devant elle une main dans son dos et l’autre sur son ventre. Ce qui la fit rire et qui donna un sourire à Harry. Il chanta la chanson comme s’il l’avait chanté durant une année complète, il l’a connaissait par-cœur. L’hypnotisation de Hermione avait commencé au début de la chanson, étrangement, aucune image ne lui venait en tête, elle était absorbée par les paroles de Harry, qu’est que c’est ? Lorsque Harry eut fini, après sa propre hypnotisation, il voyait Hermione, les yeux brillants, le regarder comme s’il était un morceau de viande et qu’elle n’aurait pas mangé depuis des jours entiers.
 -Hermione ?? Ça va bien ? Tu as faim ??
 -Quoi ?? Non ! Enfin oui… excuse-moi. Ils rigolèrent et allèrent déjeuner.
 -Tu as signé les papiers d’animagus pour Ron, Molly ? dit M. Weasley
 -Oui et alors !?
 -Tu t’es opposé que tous les autres membres de la famille fassent ces courts.
 -Et bien, j’ai changé d’avis ! Et tient pourquoi Ginny ne les ferait-elle pas non plus.
Leur conversation dura pendant tout le déjeuné et à la fin Ron avait le droit de devenir animagus, s’il réussissait bien sur ainsi que Ginny et aussi il avait le droit, heureusement, de transplaner et Harry, lui, devait avoir une conversation avec McGonagall, pendant que Hermione envoie ces formulaires à ces parents ainsi que les résultats des B.U.S.E, en copies. Il resta dans la salle à manger avec McGonagall et personne d’autre.
 -Dumbledore vous permet de faire les cours d’animagus et de transplanage, Potter. Commença t-elle avec son air sévère
 -À oui, merci bien…
 -À condition que je vous les signe, vous n’avez que 16 ans, Potter, vous n’êtes pas encore majeur, ne l’oublier pas !
 -Bien sur, professeur…Pouvez-vous me les signer, s’il vous plait, professeur. Dit-il l’air soumit en lui montrant les papiers.
 -Si vous pensez que vous m’aurez à ce point Potter, vous vous trompez ! Elle lui enleva les papiers des mains.
 -Bien…qu’est qui faut que je fasse, professeur.
 -J’ai eu vent de toutes vos petites sortis nocturnes et on vous a puni, sans grand succès d’ailleurs, mais c’était pour votre bien et comprenez-moi bien, monsieur Potter, que cette année sera très dangereuse et que si je vous voit une seule fois enfreindre ce règlement, vous irez directement voir Dumbledore sans moins, c’est pour votre bien !! Cette prophétie va se réaliser, quand et où, ça nous l’ignorons mais on va faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que lorsqu’elle va se réaliser que vous serez prêt et que vous soyez le vainqueur ! M’avez vous bien comprise, monsieur Potter ?
 -Oui, professeur, je vous promets que je ferai attention et que je n’enfreindrais pas le strict règlement. Dit-il comme s’il avait apprit ces paroles par cœur. Elle lui remit les papiers signés et lui fit un geste de la main lui indiquant qu’il était temps de sortir.
 -Professeur, je sais que ce n’est pas le sujet, mais j’accepte d’être le capitaine de l’équipe de Quidditch de Griffondor.
 -Bien…Vous devrez réorganiser l’équipe au grand complet.
 -Pour le court de potion, est-ce que je pourrai le suivre ?
 -Bien sur, je vais en parler à Albus et si il ne veut pas je vous le dirai, elle lui refit le signe de la main.
Puis, il partit vers sa chambre, Hermione criait après Ron et lui n’hésitait pas à faire de même.

Hermione avait attaché sa lettre sur la patte d’Hedwige et la regardait volé vers l’horizon. Elle alla dans la chambre d’Harry. Elle trouva un Ron tournoyant en rond dans la pièce lançant des regards noirs partout autour de lui et sur Hermione lorsqu’il remarqua sa présence.
 -Tu as écrit à Harry, c’est très bien je te félicite, au moins je n’ai pas gaspillé du papier et du temps de vol à Coquecigrue pour rien. Dit-elle sarcastiquement
 -Qu’est-ce que tu veux !
 -Je veux que tu parles à Harry, c’est ton ami, Ron.
 -Un ami qui te crie après tu appelles ça un ami toi !!
 -Ça c’est passé au début de l’année et il c’est déjà excusé ! Dit-elle en se rappelant le doux moment passé en sa compagnie.
 -NON ! C’EST FAUX ! Il ne la pas fait !
 -Calme-toi, Ron, tu ne vois pas que tu fais ce que tu avais peur que Harry fasse ! S’énerva-t-elle… je ne crois aussi que si tu aurais mieux réagi qu’il t’en aurait fait des excuses !
 -C’est ça que pense, écoute-moi, Hermione ! Tu es préfète, Harry est capitaine, moi on m’a enlevé mon titre de préfet, je ne suis rien et je suis tanné d’être la chose qui suit le grand Harry Potter qu’on ne remarque jamais…
 -Tu te rends compte que tu es jaloux, Ronald Weasley, tu es jaloux de Harry, tu es son ami, tu ne devrais pas agir comme sa !
 -Harry a la richesse et la célébrité et je ne suis rien pour les autres et tu voudrais que je sois son ami ! Que je reste un moins que rien, au moins sans Harry, je suis quelque chose.
 -Tu es jaloux de la richesse et de sa célébrité, ne croit tu pas qu’il aurait tout échangé ça pour être à ta place, pour avoir une famille et une vie normal, tu ne connais donc pas Harry !!!! hurla-t-elle complètement hors d’elle ne sachant plus quoi faire pour le résonner
 -Je lui ai écrit pourquoi tu me cries après !
 -Que tu es stupide, Ron dit-elle la main sur sa tête en l’agitant… La lettre, oui parlons-en, je l’ai lu et a cet instant j’ai tout de suite crue qu’un furet ferai mieux que toi, tu es vraiment idiot, lui dire qu’il est prisonnier de ses moldus pendant que toi tu t’amuse beaucoup là-bas, que tu n’as pas de cadeau pour lui comme si ne rien n’était, pire que ça tu lui dis carrément que tu ne regrettes pas la mort de Sirius !!!!
C’est à cet instant que Harry arriva… Ron lui jeta un regard noir puis en fit un autre à Hermione et rajouta un « si c’est ce que tu penses, je n’ai rien à faire ici !» Et partit en claquant la porte. Hermione s’effondra sur son lit et Harry ne sachant pas trop quoi faire s’assit avec hésitation sur le lit de Ron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Ven 28 Avr à 15:12

La suite de la suite de la suite du chapitre 3(en espérant que je n,en fasse pas une autre suite)


 -C’est moi le sujet de cette crise et je n’en fais pas partit et c’est à peine si je sais ce qui ce passe. Dit-il très calmement pour ne pas faire pleurer Hermione qui avait présentement la tête enfouie dans son oreiller, ce qui ne détestait pas pour autant. Elle prit une grande inspiration et s’assit en face d’Harry un sourire peu convainquant sur les lèvres.
 - Ron est trop stupide, on dirait qu’il fait une crise comme en 4e année. Harry se leva et s’assit à côté d’Hermione et il lui prit la main avec du rouge aux joues qu’il essayait de cacher.
 -Qu’est qui faut que je fasse, Hermione ?

Hermione, tomba sur le ventre sur le lit d’Harry et cachait son émotion dans son oreiller. Elle ne savait pas quoi faire pour le résonner, il est trop bête pour qu’il comprenne que Harry n’a pas ce qu’il veut à tous moments, qu’il a passé de très dures épreuves et qu’il lui en reste beaucoup a passé. Lorsque Harry parla, les mots lui résonnèrent dans la tête plusieurs fois avant qu’elle n’en comprenne le sens, une voix si douce et si calme après avoir été crié dessus et d’avoir crié à tue-tête lui faisait agréablement plaisir et elle ne sut que répondre comme pour ce faire comprendre une dernière fois et pour bien se défendre que Ron n’était qu’un nigaud, mais face à Harry cela ne servait absolument à rien de s’expliquer, il comprenait, il comprenait seulement en la regardant. Mais c’est surtout au contact de sa main qu’elle se reprit.
 -Qu’est qui faut que je fasse, Hermione ?
Là, la réponse n’était pas simple, elle savait qu’il ne parlait pas simplement de Ron, mais de tout, tout ce qu’il avait sur les épaules, après le bris de la prophétie, il n’avait aucune chance de pouvoir se retrouver lui-même, cette prophétie l’aurait peut-être aidé mais, maintenant, presque rien ne pourrait l’aider à trouvé un indice convenable sur la suite des évènements. Être la confidente de Harry n’était pas facile non plus mais elle voulait l’être, ce qui est sur pour elle c’est que Ron n’aurait pas été mieux qu’elle. Mais en tant que confidente, il ne faut pas juste écouter celui qui parle mais aussi l’aider lorsque celui-ci lui demande, directement ou non.
 -Je crois que… seul le temps pourra tout arrangé, sinon on peut lui donner un coup de pouce pour que tout aille mieux ou tout simplement évité ce qui va se passer. Harry hocha la tête, ce qu’elle ne savait pas c’est qu’il avait écouté la prophétie et que ça devait ce passer, c’était inévitable…Harry, tout va bien aller, tout va s’arranger… un jour…tout va s’arranger. Il lui sourit, d’un sourire forcé et serra un peu plus sa main. Il aurait voulu à cet instant lui dire combien il l’aimait amicalement combien il était reconnaissant mais il ne réussit qu’un :
 -Je suis content que ça soit toi.
Hermione n’aurait pas espéré mieux, il l’avait choisit, officiellement, elle ! Elle qui avait peur qu’il change d’idée et choisisse une personne ressemblant à Cho ou encore Ron. Non, c’était elle mais le moment n’était pas à la réjouissance, elle décida de l’étreindre, pour changer son humeur, pour lui dire qu’il avait choisit les bons mots. Puis, le sourire aux lèvres ils décidèrent de se séparer. Hermione n’ayant pourtant qu’une envie : lui avoué ses sentiments, mais elle ne pensait pas que c’était le moment propice à ce genre de déclaration. Elle décida de sortir sa baguette et donna un petit coup sur le balai miniature que Harry avait reçu en cadeau de Fred et George, qui virevoltait dans la pièce en laissant des petites lignées de poudres bleues à son passage. Ensuite, elle regarda le cou d’Harry, il porta encore son collier en H.
 -Tu portes mon collier.
 -Oui, je l’ai utilisé qu’une fois. Un sourire s’étala sur les lèvres de Hermione.
 -Tu voudrais le réessayer, une fois complète. Il accepta, détacha le collier et le pressa le collier contre son cœur, Hermione le regarda faire.
 -Laisse tes pensées venir à toi, Harry, laisse tes souvenirs revenir. Il fit ce qu’elle lui dicta et une fois assit sur le lit de Ron, il se laissa aller.
Il revit la 1ère fois qu’il avait vu Hermione et Ron, la fin de la première année la où les cries de joie d’avoir réussit à battre les Serpentard, à avoir la coupe des quatre maisons et la coupe de Quidditch, la fin de la 2e année là où Hermione s’était écrié ‘’Tu l’as vaincu! Tu l’as vaincu!’’, Justin se levant de sa table pour lui serrer la main, Hagrid qui donna une tape dans son dos, les 400 points gagnés du coup ce qui leur fit gagner la coupe des 4 maisons à nouveau, les examens annulés, serrer son parrain dans ses bras et le voyant s’envolé vers la liberté, le fait d’avoir réussit à survivre aux taches, il était tellement heureux, plus qu’heureux, et le ‘’rêve’’ continua, il revit le visage de Hermione simplement, l’habit de Cho en et de Hermione au bal ainsi que d’avoir survécu l’année passée, le fait que Hermione s’en ai sortit indemne. Puis il se réveilla de force encore une fois, jeta son collier, comment pouvait-il être aussi stupide, comment pouvait-il avoir oublier?? Il se jeta devant Hermione qui était assit sur son lit, un livre dans les mains.
 -Hermione!! Cria-t-il malgré qu’elle soit à quelques centimètres de lui, sans qu’il l’ait réellement voulu, il avait haussé le ton assez fort pour qu’il semble en colère, mais il était inquiet, plus qu’inquiet. Il la secoua, un peu pour qu’elle lâche son livre… l’année passée, Dolohov… le sort, c’était quoi… explique-moi!!
 -Je n’ai rien Harry, arrête de me secouer, je suis réveillée! Il la laissa et elle continua de s’expliquer… Bon…
 -Peux-tu m’expliquer, s’il te plait? Demanda-t-il s’étant calmé. Elle vit du regret dans ses yeux verts.
 -Oui, en fait suite au sort de mutisme, Dolohov n’a pu me blesser totalement, Mme Pomfresh dit que le sort qu’il m’a lancé n’aurait pas un effet permanent, contrairement ce sort lancé correctement. J’ai bu le temps à Poudlard une potion au goût de chaussette sale, elle fit une grimace qui détendit Harry, comme à chaque mot qu’elle prononçait, ce qui le soulageait grandement. On ne sait pas c’était quoi le sort, même Dumbledore ne le sait pas, mais il dit que ce n’est pas grave, vu que je n’ai rien maintenant, il n’y a rien, je n’ai rien.
Il en fut fortement soulagé. Le temps passa, Hermione lisait tranquillement son livre sur le lit de Harry, mais n’arrivait pas à se concentrer vu que Harry jouait avec le balai miniature de Fred et de George ainsi qu’avec son collier, ce qui lui permettait qu’elle lui jette de petit regard qu’il ne voyait pas... Harry s’amusait et elle aimait ça, il venait de tourner la page. Mais c’est bien parce qu’il ne pense a rien de tout ce qu’il a vécu en sa présence, il se sentait trop bien.


Hermione et Ron étaient comme à leurs habitudes ’’en chicane’’’ mais la différence c’est que cette fois, il en était le sujet. Hermione avait un étrange pressentiment, celui que Ron n’allait pas lâcher prise tout de suite, quand il veut, il est aussi têtu que si une fourmi voulait pousser une centaine d’éléphants à elle seule. Puis, l’heure du souper arriva, enfin, et la discussion était centrée sur les lettres et leur professeur.
• -Tu penses que l’école Johare sera comment? Demanda Hermione à Harry et seulement à lui.
• -Sûrement un peu comme les école qui sont venu en 4e année, mais se qui me dérange c’est le professeur de défense contre les forces du mal.
• - Je me suis posé la question peut-être que ça sera quelqu’un qu’on ne connaît pas.
• -Vous n’avez pas encore deviné? Voyons un petit effort! Un indice, votre nouveau professeur est dans cette pièce. S’exclama Rémus qui avait écouté leur conversation. Après avoir donné leur langue au chat, Rémus pointa leur nouveau professeur de défense contre les forces du mal du doigt.
• -La voici, madame Tonk sera votre nouvelle professeure!! Ils furent étonnés surtout Hermione qui n’avait pas pu résisté, elle sauta dans les bras de Tonk, elle toute confuse, n’ayant rien entendu, rougit de plus belle.
• -Voyons Rémus ce n’était pas n’utile de faire cette accueille.
• -Mais il faut tous qu’ils sachent, Nymphadora est auror, professeure et aussi membre de l’ordre. Dumbledore a décidé de faire comme le ministère, ils ont envoyés une espionne à Poudlard et bien, nous, nous avons décidé de faire entré une auror dans nos murs, n’est-ce pas formidable?
• -Eeeee… oui, oui. Répondirent Ron, Hermione et Harry…Il faudra aller sur le chemin de traverse, il me manque plusieurs matériels scolaires, une robe et j’aimerai voir le magasin de farces et attrapes pour sorcier facétieux des jumeaux Weasley aussi, continua Hermione.
• -Oui! Moi aussi il me manque des choses et une robe pour les bals et je voudrais aussi aller voir le magasin de Quidditch, cela me manque beaucoup… mais pas cette semaine d’accord ? dit Harry

Depuis le temps où Ombrage lui avait enlevé son balai, le goût de faire du Quidditch s’accentuait et le fait d’être enfermé sans magie au Privet Drive n’enrageait rien. Mais à Grimmaurd Place, et surtout en si bonne compagnie, il finit par oublier ce sport qu’il chérissait tant, après tout, cette activité était une des seules bonnes raisons pour laquelle son nom se doit d’être un tant soit peu célèbre.

• -Oui, absolument! Bon…Elle prit sa plume et des bouts de parchemins… Dites-moi quels cours vous choisissez et je vais commencer les horaires.
Après avoir nommé et avoir bien, très bien regardé ces cours et ceux de Hermione et Ron, il ne put s’empêcher de remarquer que durant le cour de défense contre les forces du mal, il sera seul avec Hermione, sans Ron. Avec Tonk comme professeure en plus, là, ça sera la plus belle année de sa vie en cette matière. Oui…il avait aussi le cours de potion qu’il aurait peut-être avec elle, mais bon ce court, il s’en fichait un peu et de Rogue aussi… de toute façon Rogue ne le laisserai sûrement pas lui parlé. Il avait aussi histoire de la magie mais se court était tellement assommant qu’il était presque certain de dormir pendant ces périodes ou du moins regarder Hermione écrire des notes et sentir son parfum, Harry ne pouvait peut-être pas être avec Hermione mais cela ne dérangeait rien si il appréciait Hermione pendant ces courts, tant que personne ne le remarque, que Voldemort soit au courant ou que Hermione pense qu’il l’aime. Et en voyant ces courts sou l’angle de Ron, il vit qu’il avait des périodes des libres laissées pas divination et astronomie mais ça il s’en fichait un peu… il n’aura que d’aller avec Hermione et si elle aurait des courts pendant ce temps il n’aurait qu’à faire ces devoirs de potions, il en a toujours.

Puis, les jours passèrent, en toute monotonie et toute platitude pour Harry mais bien sur, je ne parle que des moments sans Hermione, oui Harry s’amusait beaucoup avec elle. Elle ne lui refusait jamais une activité, même, elle laissait son livre pour lui faire faire un sourire, ce qui faisait immédiatement en la voyant, même s’il ne voulait pas, le seul fait qu’elle s’approche de lui ou qu’elle le regarde, lui faisait augmenté les battements de son cœur et le faisait sourire, mais au juste, Harry ne voulait pas ne pas sourire car quand Hermione réussissait à le faire sourire, ce qui était très facile, elle lui souriait à son tour, ce qui ne faisait qu’augmenté le bonheur de celui-ci.

Mais, il y avait aussi Ron…oui… Ron, lui ne disait rien, se contentant de rester à ses côtés comme un petit animal de compagnie qui, impuissant devant la détresse de son maître ne peut lui offrir que sa présence en gage d’affection et il n’osa prononcé mot effrayé d’éveiller sa colère comme l’an dernier. Une fausse peur. Il n’osa leurs parler. Les bonjours hésitants et forcés des matins étaient les seuls mots qui leurs étaient destinés de sa part, heureusement, elle était là.

UNE PETITE REVIEWS ÇA NE FAIT DE MAL À PERSONNE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Ven 28 Avr à 17:26

laphoto de mon chapitre 3

désolé, je tenant à la mettre, vu que c'est mon dernier montage... Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Dim 4 Juin à 13:48

photo de http://knology.net

Voici mon 3e chapitre!

Chapitre 4 : Jeu dangereux

Je sais que je suis lente, mais vous savez les études et tout et tout, c’est la fin de l’année. Je poste ça aujourd’hui parce que plus tard je n’aurait pas le temps d’écrire (étude) ne vous étonnez pas si jesuis lente pour le 5e chapitre mais pour le 6e, je serai plus vite (je vous le jure)

(Post-scriptum (P.S) : Cette fanfic n’est pas une song fic)

Tu amare, te illa amare,
Ela amare, ela te amare,
Amicus aut amor,
Amicus et amor,
Por totus diurnum,
Por totus illa vita…

Oculus crociata,
Manus Interlaqueare,
Labrum toccare,
Cordis inflammare…

Solus ela posse te adjutare,
Ad complere tuus prophêtêssi,
Ne illa tremere passus,
Li ne illa tutare passus,
Quare tu essera illac,
Elle essere totus hoc te…

Oculus crociata,
Manus Interlaqueare,
Labrum toccare,
Cordis inflammare…

Pressum, voster vita cambiare
Novella soror apparerare
Ille dominus diminuere
Illa bellum de caelum augere
Illa wera cum initiare
De illa aeternitas perpetuare…


Voici les dernières paroles de la chanson en latin accompagner de l’habituel chant du phénix que Harry entendit, bien qu’il n’en comprenait pas plus le sens, il ne put s’empêcher de la fredonner toute la journée, au grand plaisir de Hermione et de l’incompréhension de Ron à aimer un air pour lui satanique ou diabolique. Aujourd’hui, Harry, Ron, Hermione accompagné de Tonk et Lupin allèrent sur le Chemins De Traverse.

-On va chez Fleury et Both en premier! S’exclama Hermione
-Non, on va au magasin de Quidditch!!!! Répliqua Ron
-On va chez Honeydukes!! S’exclama Harry sur le même ton que Hermione.
-J’aurai jurée que vous auriez dit le magasin de farce et attrape pour sorcier facétieux des jumeaux Weasley. Proposa Rémus Lupin.
-Bonne idée, dirent-ils.
-Oui, c’est vrai, Fred et George on 2 magasins, un à Prés-au-lard et l’autre sur le chemin de traverse.
Harry n’avait pas tout de suite comprit pourquoi il recevait les regards que des purs inconnus lui lançaient, c’était un mélange de regret et pour les filles, toutes les filles de son ages sans exception, il avait de l’amour du moins le même amour que Harry avait ressentit pour Cho, c’est à dire de l’amour idiot, incomparable à celui qu’il portait à Hermione, certaine filles gloussaient. Hermione jetait des regard de dégoût à ses filles, comment pouvait-elle aimer un gars qui leur à été créé à partir d’un journal, la réalité et se qui a été écrit dans ce journal est totalement différent, heureusement, Harry ne lit pas la Gazette, mais à Poudlard, que se passerait-il ?
Ron, lui s’était renfrogné, il ne supportait pas les regards que les filles lançaient seulement à Harry. Harry se demandait pourquoi tout ces gens le regardait lui et ses ‘’amis’’. Mais il n’osa pas posé la question car il arrivait devant un grand magasin avec un pancarte, avec 2 baquette en bois se croisant, indiquant en lettre doré ‘’magasin de farce et attrape pour sorcier facétieux des jumeaux Weasley’’.
La première chose qu’il remarqua en entrant dans la boutique était le nombre de personne semblable au nombre de personne qu’il y avait chez Fleury et Both lorsque Lockard était présent. Une musique des Bizzar’s Sister’s jouait. Il y avait des fourniture de toutes sortes sur des étagèrent et volant un peu partout dans la pièce, tout cela était très bien rangée. Il y avait des baguettes flexibles jusqu’aux potions violettes à l’airs gluantes en passant par des chats aboyant et des elfes de maison de 10 centimètres de haut. Ils laissèrent tous échappés un «Wow» en entrant.

-Alors c’est cela la boutique de Fred et George…
-Aurais-je entendu la magnifique voix de mon frérot?
-Bonjour Fred. Grogna Ron
-Toujours se bel accueil Ron, tu me désespères, bonjour Harry, Hermione, Tonk, Lupin…alors que venez vous faire ici!!!!
- Dire bonjour et regarder…
-mmm…D’accord, Harry tu viens, George et moi voudrions te parler…

Fred le conduisit à une porte derrière le comptoir, cette pièce qui aurait cru un bureau était en faite plus une sorte d’entrepôt avec un bureau en plein milieu. Des dizaines d’étagères s’étalait devant ses yeux, dessus il y avait des mouches, des sauterelles, des lunettes, des yeux de bœuf ou autre créature ressemblant à ceux-là, des lentilles de contact et plusieurs, plusieurs autres objet ayant un lointain rapport au yeux…
-Bonjour Harry!!! Alors tu aimes notre boutique?
-Bonjour George, oui, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour regarder mais ça m’a l’air bien.
-Bon, ne perdons pas notre temps…Harry, je voudrai que tu prennes ça et que tu les mettent sur tes yeux. Dit Fred en lui tendant une paire de lunette, il resta réticent, on ne sait jamais ce que ces deux la manigance comme invention…
-Mais allé! Ne t’en fait pas c’est une commande pour Dumbledore. Il enleva ses lunettes et les remplaça par ceux que Fred lui tendait. Ça vision n’était pas tout à fait parfaite mais il n’y avait rien. George tapota les lunettes et une chaleur se répandit dans ses iris, le bout de la baguette de George brillait, comme si on lui aurait enfermé un lumos. Puis il dessina un carré avec sa baguette, un petit écran apparu ou plutôt ce qu’il voyait apparaissait dans ce carré… après plusieurs minutes, il put les retirer.
-Qu’est que c’est?
-Ça Harry, c’est notre nouvelle invention! Les 2eVisions!! Tout ce que tu vois ce reproduit à l’endroit où tu fais un carré avec ta baguette.
-Un peu comme les caméras, non?
-Caméra, je ne sait pas ce qu’est une caméra…c’est une sorte de lunettes?
-Eee…non…laisser tomber… et ça qu’est que c’est… dit-il en pointant la mouche.
-C’est aussi une 2eVision, Harry. Sauf que tout ce que la mouche voit tu le voit, elle se promène partout, mais ce n’est pas au point…on travail aussi pour garder dans une boîte la vision, pour qu’on puisse le garder et toujours le revoir quand on veut... mais rien n’est très au point…
- Presque exactement comme une caméra…seul que la caméra tu l’as contrôle, la mouche non…et le reste ?
-Des tests, plusieurs tests sur diverses bestioles. Rien n’est au point, par exemple la sauterelle a complètement perdu la vue. De tout façon la vraie commande est dans 3 ans…Sauf, qu’on va faire des sous-produit, comme on essaye de garder les souvenir dans un boite transportable en photo ou en 3D…
-Oui, pourquoi Dumbledore veux ça au juste et pourquoi je devais venir ici, ce n’est sûrement pas seulement pour essayer des lunettes…
-En fait Dumbledore les veux pour dans 3 ans, pour la coupe des 3 sorciers qui se fera de nouveaux à Poudlard. Il dit que cela sera plus intéressant de voir ce que les champions voient et surtout plus sécuritaire…donc il nous a dit de préparer un truc pour que tout le monde puisse voir ce qu’une personne voit. Donc nous ont a fait ça! Et toi, tu es l’as pour emmener quelques un de nos 2eVision à Poudlard, pour les montrer à Dumbledore
-On sait que tu le vois souvent, tu lui demanderas si on peut vendre nos produits à Poudlard, histoire de faire un peu de profit, durant les évènements spéciaux, un bal ou un match de Quidditch…ou un moment inoubliable qu’une personne aurait voudrait éterniser…
-Ah…okay…je savais qu’il aurait un truc comme celle-là, mais j’accepte, tant que je n’en apporte pas une tonne.
-Non, non tu apporteras les lunettes que tu viens de mettre, tu nous écriras pour nous dire que Dumbledore a accepté…et on se charge du reste…
-D’accord, je peux sortir, maintenant??
-Oui…n’oublie pas les lunettes. Harry ouvrit la porte pour sortir…Ah Harry, je n’ai pas vraiment besoin de te dire que tout ce qui est ici est gratuit pour toi, non?
-Merci c’est gentil, il fut poussé par Fred et George qui eux aussi voulait sortir. Fred ou George alla à la caisse tandis que l’autre, deviner lequel, alla voir Tonk. Harry chercha Hermione des yeux, elle regardait une petite boule de poils blanche.
-Regarde, Harry, on dirait une peluche, non? C’est un rappeltout parlant, il est trop mignon, regarde-le. Hermione plaça le rappeltout sur sa joue. Harry sourit, un sourire moqueur, on aurait dit Ginny ou une petite fille. Hermione remarqua ce sourire et le plaça à contrecoeur sur son étagère, elle avait sûrement été un peu enfantine. Elle se désola et sembla attiré par un nouveau objet, quel se lassa vite, se tournant vers Harry, le rouge aux joues.

-Qu’est-ce qu’ils voulaient? Demanda-t-elle. Sa question agit comme un sort, Tonk, Remus et Ron l’encerclèrent voulant entendre ce qui s’était passé. Il leurs raconta, évitant de dire qu’il avait tout gratuit, il ne fallait quand même pas augmenté la jalousie de Ron même si s’était tentant, très tentant. Puis tout le monde se dispersa regardant tout les fabuleux produits. À la fin, Harry se retrouva avec les lunettes 2eVision, des feuilles que lorsque tu écrits un message celui-ci dure que 5 minutes et une potion qui change toujours de couleur et que si ont en boit, une partit de notre corps change de couleur. Hermione a prit le rappeltout peluche/parlant qu’elle essaya absolument de caché à Harry ce qui agrandit le sourire de celui-ci, Hermione avait garder un peu de son coté de petite fille et aussi, au grand étonnement de Harry, un balai miniature, identique au sien. Ron lui, après une grande bataille des droits des liens familiaux qu’il avait avec Fred et George sur leurs marchandises, prit seulement un Aller-Retour, un genre de petite boule qui revient toujours à son point de départ lorsqu’il est lancé, le principe du boomerang. Il dut le payer.

Après un moment, Harry alla avec Ron et Remus au magasin de Quidditch, il y avait un nouveau et superbe balai au de gamme, plus rapide que l’éclair de feu, il se nommait le Phokon. Tandis que Hermione allait avec Tonk chez madame Guipure pour acheter sa robe de bal sous aucun regard de ses amis, pour faire la surprise. Puis, ils échangèrent, Ron, Harry et Rémus allèrent chez madame Guipure et Hermione et Tonk chez Fleury et Both pour se rejoindre, 1 heure plus tard, sou la demande ‘’bataille’’ de Ron, chez Honeydukes. Les robes achetées, les jumeaux visités, les balais observés et les livres feuilletés, Harry et compagnie allèrent prendre une bierreaubeurre au chaudron baveur juste avant de retourner au 12 Square Grimmaurd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Dim 4 Juin à 13:50

Harry, Ron et Hermione étaient dans le salon, Harry se disait qu’il manquait une télévision dans cette maison. Hermione lisait un livre sur les potions tout en écoutant Harry et en lui répondant, vu que Ron faisait le mur de l’autre côté de la pièce en boudant.
-Je vais demander à Maugrey pour faire une partit de Quidditch, tu joues Hermione ? Il avait tant voulu qu’Hermione vienne faire une partie avec lui. Après l’approbation de Maugrey à les amener sur un terrain de Quidditch, à un quelconque endroit, il prit son Éclair de Feu et le bras de Tonk, qui était chargé de les surveiller, pour transplanner.

Il était sur un terrain de Quidditch inconnu, près des vestiaires et des armoires. Hermione, Tonk et Ron fouillaient dans l’armoire pour en sortir les balles, des balais et le vif d’or. Puis le quatuor sortit balai en main, Tonk avec le souafle en plus.
-Harry…je…je…ne suis pas sure que je veux jouer… Bégaya Hermione
-Mais, tu n’as pas volé depuis la 1ère année, tu es certaine que tu ne veux pas…essayer rétorqua Harry en croisant le regard de son amie, leurs yeux ce suppliaient.
-J’ai le vertige dans les airs… je vais lire dans les gradins.

Elle déposa son balai à terre et se dirigea vers les escaliers. Mais Harry n’allait pas laissé tombé, il voulait faire une partit de Quidditch mais si Hermione y est sa serai le meilleur des deux mondes, un assemblage parfait. Il attrapa son balai puis il courut à sa suite, lui attrapant le bras pour l’obliger à se retourner vers lui.
Ron était à l’écart et regardait le ciel, heureusement, car il aurait sûrement été plus que jaloux à voir la scène qui se déroulait derrière son dos, malgré qu’il n’y ait que la proximité qui aurait pu le déranger. Leurs visages n’étaient qu’à une vingtaine de centimètre l’un de l’autre, il afficha un grand sourire qu’elle lui rendit rapidement. Puis Harry murmura, bien que cela soit inutile, dans l’oreille de Hermione.
-S’il te plait, juste une partit. Elle frissonna intérieurement, son souffle était si chaud, elle ne put résister très longtemps. Elle baissa la tête pour cacher ses yeux et ses joues rouges.
-Bon...d’accord…mais juste une partit! Se reprit-elle en se dirigeant vers le centre du terrain.
Au contraire de Ron, une personne, qui voulait lancer le souafle pour que la partit commence, avait regardée la scène qui se passait entre eux, s’était sa 2e qu’elle voyait et elle s’était juré intérieurement une chose ‘’Si Harry et Hermione ne sont pas amoureux l’un de l’autre je jure que je rénove le 12 Square Grimmaurd à moi tout seul.’’ Il ne faut pas oublier que la parole de Nymphadora Tonk est une parole toujours tenue.
-Alors, on est trois, comment on divise ?
-Je présume que je fais le gardien et vous serez contre moi, de toute façon, cela ne fera pas changement! Grogna Ron.

Harry et Hermione ne prirent pas compte la remarque de Ron et ils se placèrent, ce qui était un peu dur pour Hermione et Harry. Ron était tranquillement devant ces buts pendant que Harry aidait et rassurait Hermione en même temps de crier après Ron pour qui vienne l’aider (ce qu’il ne voulait pas, il voulait aidé Hermione seul sans Ron), mais bizarrement il criait après Ron seulement quand Hermione criait de peur de tombé (car elle n’était pas totalement en équilibre sur son Brosdur) pour que Ron ne l’entende pas. Harry eut même la chance (si on peux appeler sa de la chance car Hermione était morte de peur) d’avoir Hermione qui s’agrippait à son chandail en marmottant des pleures qui était accompagnés de larmes. Puis, après un bon 15 minutes que Harry et Tonk, car elle aussi essayait de rassurer Hermione en criant du sol, tranquillisaient Hermione ; tout fut près et Tonk lança enfin le souafle et lâcha un cognard. Ce qui se passa durant se match, surtout du côté de Hermione, personne n’aurait pu le deviner, même Ron en resta bouche bée. Hermione était vraiment excellente et c’est peu dire pour quelqu’un qui avait peur de voler plus au que 5 mètres. Ron jouait de son mieux et elle faisait le ¾ trois quart des buts, il en venait tellement essoufflé qu’on aurait pu entendre son cœur battre si on l’aurait voulu.
-C’est assez, je suis épuisé moi ! Ouf… Se plaignit Ron
-Oui, c’est vrai Hermione, même les Serpentard ne pourraient pas de battre…Wow ! Souffla Harry…Celle-ci rougit en abordant un large sourire.
- Sincèrement, Hermione, tu devrais être dans l’équipe de Gryffondor…présente toi aux épreuves de sélections…Tu es trop bonne, tu battras tout les autres…Félicita Harry, se qui eut pour effet de faire rougir et sourire plus Hermione…
-Peut-être que je suis bonne…
-Bonne ?? Tu as vu dans quel état tu m’as mit ! En tout cas, moi je vais voir Tonk, elle a l’air confortable là-bas…
-Ouais d’accord, peu importe que je soit ‘’bonne’’ ou non, j’ai beaucoup d’activité, je vient d’accepter d’être professeur de l’AD quand je suis déjà préfète alors si je rentre dans l’équipe en plus…Harry ! Non, ne me regarde pas comme ça ! (Il lui faisait les yeux doux exagérés pour qu’elle dise oui).
-Montons un peu, il fera plus froid en l’air, cela nous rafraîchira…Je suis certain que tu ferais une excellente poursuiveuse et tu as toujours sut gérer ton étude et ta S.A.L.E, alors, maintenant que tu as oublié ta S.A.L.E tu pourras faire professeure et poursuiveuse sans oublié l’étude aussi…
-C’est un peu compliqué et je suis sure qu’il en a des meilleurs que moi, voyons !
-S’il te plaît Hermione, tu feras gagné l’équipe… Elle baissa la tête pour regarder à terre, ce qui n’était plus surprenant, et soupira longuement.
-Je vais y penser… Harry afficha un grand sourire, il avait réussit à la convaincre !
-Je n’ai pas dit que j’acceptais !! Continua-t-elle
-C’est tout comme !

Il s’enfuit, en montant dans les airs, en invitant Hermione, d’un geste de la main. Alors, ils montèrent et montèrent encore plus haut, ils ne distinguaient presque plus les bancs dans les estrades. Ils étaient bien, l’air froid les rafraîchissait. Dans la poursuite, Harry décida de mettre toute la puissance de son balai et de tourner en rond, il rattrapa vite Hermione par derrière. Puis, en plein jeu, il entendit un sifflement près de son oreille, il n’y fit pas réellement attention mais se sifflement revint alors là, tout sembla se ralentir, il entendit très clairement la chanson en latin suivit du chant du phénix. Il eu le temps d’apercevoir une masse de couleur brune (qui reconnu comme un cognard plus tard) qui fonçait droit sur Hermione, après, il eut le son de bois sec cassé, le balai tombait apportant une personne avec lui…Sans hésiter une seconde de plus, il mit toute la puissance de son balai pour la rattraper, la main devant lui. Il avait la tête en bas mais peu lui importait, Hermione le regardait une main en l’air voulant à tout prit être sauvé, elle voyait toujours de l’espoir quand elle voyait les yeux de Harry et Harry était de même. Mais même toute la puissance de l’éclair de feu n’allait pas battre la gravité…pourtant il ne restait que quelques décimètres entre eux, il n’y arrivait pas. Seulement quelques décimètres…Puis, Harry se décida, Hermione allait mourir s’il ne faisait rien! Il fallait absolument qu’il lui prenne la main, que son balai aille plus vite ! Mais c’était impossible, son balai ne pouvait pas aller plus vite ! Hermione allait mourir ! La personne qui aimait le plus allait mourir ! Une autre personne qu’il aimait allait mourir ! Il fallait qu’il le fasse, maintenant c’était décidé, de toute façon si il ne réussirait pas il la rejoindrait quand même…Il prit fermement son balai de sa main gauche et se laissa glisser dans les airs, ses yeux pleuraient, le vent lui foutait les yeux, le sol s’approchait dangereusement mais il réussit à attrapé la main de Hermione. Mais la vitesse augmentait, son balai était toujours vers le bas, vers le sol et le poids de Harry et Hermione de plus ne faisait que d’augmenter la vitesse du balai. Harry comprit très vite en regardant la frayeur dans les yeux de Hermione qui fallait qu’il remonte le balai…ce qu’il fit immédiatement, avec quand même beaucoup de difficulté, il bascula son corps, fit sauter sa main vers le centre qui était en haut, il n’y arrivait pas, il allait s’écraser sur le sol avec Hermione…non pas Hermione…alors il doubla son énergie, exactement comme son ultime dernier effort. Alors il sauta, laissa le balai descendre puis sa main de refermait et d’un geste de poignet il releva le manche, contre le vent, il le mit droit. Tout redevient plus rapide maintenant, il était la suspendu, entre ciel et terre. Puis, son bras sentit soudainement le poids de Hermione, elle était lourde et son corps se déchirait, son bras gauche tenant solidement le manche du balai et son bras droit tenait Hermione, il n’était nullement question de lâcher Hermione et s’il lâchait le balai, il lâchait Hermione. Donc, il resta là, sans rien faire, à reprendre tout simplement leur souffle…

-Merci…murmura Hermione qui essayait de paraître le plus léger possible. Harry et Hermione scrutèrent le ciel et le sol qui était quand même assez proche, ils cherchèrent Ron et Tonk, mais ce ne fut qu’après le sixième cri qu’ils arrêtèrent de les chercher. Ne pouvant pas rester planter là pendant des années entières, Harry décida, tout en tremblant de partout, d’incliner légèrement et doucement son balai. Sa respiration était saccadée, si il baissait trop le balai, il pouvait redescendre en piqué, ce qui causerait leur mort. Sa mort, il s’en fichait un peu, de toute façon, il avait une chance sur deux de mourir, mais celle de Hermione ! Là c’était autre chose! Alors, c’est en descendant de quelques mètres à la fois qu’il arrivèrent à plus que 4 mètres, 3 mètres, 2 mètres, 1 mètre…Hermione, après que ses pieds aient touchés le sol, tomba à genou. Elle frissonnait de peur, tout son corps tremblait. Elle pleurnichait et s’était recroquevillée à terre le nez dans les genoux. Harry lui s’avait littéralement jeté par terre, quelques mètres plus loin, n’ayant plus aucune force dans les bras, il ne put faire autrement. Mais, il avait quand même peur d’avoir blessé Hermione en faisant cette atterrissage, alors, oubliant ces douleurs, il marcha, pour ne pas dire rampa, à côté d’elle.

-Je t’ai fais mal ? S’inquiéta-il …Hermione releva son visage, après tout ça, après tout ce que Harry a fait. Il lui demandait à elle comment elle allait. Il avait quand même put se tuer pour elle, faire un pirouette par en avant pour simplement aller plus vite pour la rattrapée. Et si il avait échoué ? Ils seraient morts ainsi que la plupart des sorciers morts par la baguette de Voldemort n’ayant plus Harry dans ses pattes. Bref, ses pleures augmentèrent en pensant que Harry aurait put se tuer pour la sauver. Harry tenait plus à elle que lui ! Juste de penser que Harry ait pensé de sauter dans le vide pour avoir un minime chance de la rattraper la bouleversait énormément, alors le fait qu’il l’ait fait, elle n’y croyait pas. Mais c’était vrai ! Cette phrase se résonnait dans sa tête sans qu’elle ne la comprenne totalement.

-Je…je vais bien…mais ce n’est pas à moi… qu’il faut le demander…toi, ça va ? Articula-t-elle difficilement.
Harry lui fit un sourire mais ne répondit pas et il s’approcha encore plus d’elle, en essayant, tant bien que mal, de la prendre dans ses bras pour qu’elle s’arrête de pleurer, sans de réel résultat car ses pleures redoublèrent.
Harry s’inquiétait pour elle tandis qu’il devrait s’occuper de lui. Elle se colla contre son torse, évitant de toucher ses bras. Elle était pourtant si bien dans ses bras, si bien qu’elle en avait honte, elle ne devait pas être bien du moins pas maintenant, Harry ne l’était pas alors, elle ne devait pas l’être à cause de lui, mais elle était si bien, si bien que ces larmes n’avaient pu faire autrement que d’augmenter, elle tremblait, de froid, de peur, de bien être …La peur de mourir ne l’avait qu’effleuré en comparaison avec la peur de voir Harry mort, ça elle ne le supportait pas et s’est pour cela aussi qu’elle pleurait.
-C’est fini Hermione, chut, sèche tes larmes, c’est fini, tu n’as rien…dit-il en passant son pouce sur sa joue pour lui enlever ses larmes.

Cette fois, Hermione craqua, il s’inquiétait pour elle mais il ne devrait pas, il était en plus mauvaise état qu’elle et c’est lui qui la consolait…Toujours le même Harry qui pense aux autres avant lui, mais il avait quand même des bornes ! Dû moins si Harry n’en avait pas, Hermione, elle en avait. Harry n’avait rien comprit du tout, il pensait qu’elle pleurait parce qu’elle avait eut peur mais, c’était bel et bien parce qu’il avait risqué sa vie pour la sauvé ! Elle s’écarta d’Harry et se leva, pour 5 seconds maximums, car elle n’avait pas d’équilibre, ses genoux ne la supportaient plus et elle retomba, malencontreusement sur Harry. Elle s’excusa rapidement. Puis, elle entendit un rire, celui de Harry. Elle était offensée, ce n’était pas drôle du tout de faire une chute de dieu seul sait combien de mètre de haut et de retombé après. Harry, qui a vu le regard noir d’Hermione mélangé avec de l’interrogation, ne put s’empêcher de rire plus fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Dim 4 Juin à 13:51

Harry la prit dans ses bras et elle se colla contre lui. C’est vraiment à ce moment qu’il fini par réaliser ce qu’il avait oser faire et ce qu’il avait faillit perde. Hermione, voici ce qu’il aurait faillit perde…Ne plus jamais la revoir, attendre sa voix, soutenir son regard de ses doux yeux, ne plus jamais pouvoir lui parler, jamais…Ce mot résonnait dans sa tête, jamais…Il est rare qu’on puisse l’utiliser sans qu’on puisse se tromper une fois, mais dans la mort on pouvait, même si la plus part du temps on ne voulait pas, l’utiliser. Alors, il se dit qu’il avait bien fait, sur le coup, la perde l’avait apeuré mais maintenant c’était vital de l’avoir près de lui. Ça valait la peine de souffrir. Il ne s’entait plus l’étirement des ses bras, il ne voulait qu’elle.

Se reprenant, Harry décida d’aider Hermione à se lever. Qui l’aida par la suite. Puis, ils commencèrent sérieusement à se demander où Ron et Tonk pouvaient bien être, malgré la hauteur qu’ils étaient, toute les personnes auraient pu entendre le cri de Hermione. Alors, épaule dessus, épaule dessous pour ne pas tomber, Harry et Hermione se dirigèrent vers les vestiaires, l’endroit le plus susceptible de trouver Ron ou Tonk vue qu’ils n’étaient apparemment pas dans les gradins. Ils avaient effectivement raison, Ron était là jasant, tout bonnement avec Tonk et en les apercevant, surtout de cette façon, il ne put s’empêcher de les réprimander ressemblant drôlement à Mme Weasley.
-Où est-ce que vous étiez ?! Encore en train de faire des ‘’secrets’’, c’est ça, hein !?
Harry posa Hermione sur le banc et se leva faisant face à Ron pour la première fois depuis très longtemps.
-Tu nous as regardé avant d’ouvrir la bouche ! J’ai les deux bras étirés avec des bleus dessus ! Tu ne les vois pas !? Regarde Hermione, elle est morte de peur, elle tremble! Pense avant de parler, Ron !
Ron resta bouche bée, effectivement, il n’avait pas prit le temps de les regarder avant de parler, simplement les voir comme ça l’avait rendu furieux. Ne savant plus quoi dire, il se contenta de grogner et de fulminer intérieurement.
Tonk, elle, s’était rapproché de Hermione, qui lui avait raconté tout, en soulignant fortement que Harry lui avait sauvé la vie en risquant la sienne. Pourquoi disait-elle ça à Tonk ? Elle l’ignorait. Mais, en disant ses mots, elle avait rougit et le sourire en coin de Tonk l’avait rendu encore plus rouge.
Harry se retourna et s’assit à côté de Hermione, sur le banc. Hermione pleurait toujours de penser qu’Harry ait pu se tué pour la sauvé, mais ce n’était pas la première fois non plus.
Tonk s’éloigna, elle n’avait pas été à son poste, tout cela n’aurait pas dut se passer, son rôle était de les surveiller et le cognard, elle aurait dut le ranger avec les autres balles ! Elle était furieuse contre elle-même et, pour avoir meilleure conscience et pour aider Hermione, elle lui avait prêté une épaule. Elle allait tout dire à Maugrey, elle méritait une punition, ils auraient pu se tuer !

Donc, après avec prit le bras de Tonk, ils rentrèrent au quartier général (QG) de l’ordre. Ils transplanèrent dans la chambre de Ron et Harry. Tonk sortit en faisant signe à Ron de la suivre, Tonk avait deviné ce qu’il se passait, du moins, la base.

Lorsque Hermione fut seule avec Harry, elle se laissa tomber sur le ventre sur un lit en pleurant en silence, les larmes tombaient abondamment.
Harry, ne sachant pas trop quoi faire se mit les 2 genoux à terre et il mit son visage à la hauteur de celui Hermione, accotant sa tête sur son lit.
-Hermione…c’est fini…Dit-il doucement et hésitant. Il n’aimait pas du tout voir Hermione en larme.

Hermione releva la tête, ses yeux rougis rencontrèrent ceux d’émeraude de Harry. Harry ne comprenait pas, elle ne larmoyait pas parce qu’elle a peur ou eut peur, mais bien car Harry avait risqué sa vie pour la sauver. La vie d’Harry était beaucoup plus importante que la sienne. Ne pouvant plus soutenir le regard de ses yeux qui s’inquiétait, elle s’assit sur le lit et tira Harry pour qu’il embarque sur le lit, ce qui augmenta l’incrédulité de celui-ci, une fois fait, elle le prit dans ses bras, comme si sa vie en dépendait. Harry fut un peu lent pour répondre à cette étreinte mais dès qu’il posa ses mains sur Hermione, elle parla. Leurs cœurs battaient la chamade.
-Ce n’est pas du tout pour ça…

Harry ne sut vraiment pas pourquoi, pour lui, c’était la seule raison valable. Mais, c’était peut-être autre chose, quelque chose qui ne c’était pas passé aujourd’hui, peut-être l’année prochaine, après tout, elle avait d’excellente raison de lui en vouloir. Mais si c’était ça, elle ne serait pas dans ses bras à cet instant. Peut-être Ron, mais là il n’en savait pas plus. Comme quoi Harry n’imagine pas comment il est important aux yeux de Hermione.
-Je…merci, Harry…Sanglota-t-elle
-Pourquoi ? Demanda-t-il, comprenant de moins en moins le comportement de Hermione.
-Tu m’as sauvé la vie ! Rétorqua-t-elle en se laissant glisser du corps de Harry pour se retrouver face à lui, leurs yeux cherchaient à comprendre les sentiments de l’autre.
Pour Hermione, elle voyait en Harry de l’interrogation, de l’inquiétude et en plus gros, un sentiment qu’elle ne connaissait pas. Pour Harry, il voyait en Hermione de la tristesse, un peu de colère et en plus gros, un sentiment qu’il ne connaissait pas.
-Bien sur que non.
-Sauter en bas d’un balai pour me rattraper en risquant ta propre vie j’appelle ça sauver la vie…et aussi de la stupidité… Dit-elle en reprenant Harry dans ses bras, tout en continuant de larmoyer.
-Stupidité ?

Hermione devait tout lui expliquer, ou il est lent naturellement ?
-Tu as risqué ta vie pour…m…moi, tu imagines si tu aurais dérivé, on serait m…mort, tout les deux ! Répondit-elle difficilement
-Ce n’est pas ça qui c’est passé.
-Tu n’aurais pas dut sauter… ta vie vaut plus que la mienne et tu le sais très bien. Certes, Harry le savait très bien, même plus que Hermione le pense à cause de cette prophétie.
-Tu penses que j’aurais dut te laisser tomber et te regarder mourir sans rien faire. Hermione resserra son emprise sur Harry, d’autres larmes apparaissaient.
-…tu as quand même risqué ta vie pour moi… pour la 2e fois.
-C’était quand la première fois ? Il commençait à sourire derrière Hermione, il était si bien dans ses bras.
- Le troll en 1ère année, tu ne te souviens pas ? Tu as sauté sur sa tête et faillit te faire écraser pour le distraire. Dit-elle, séchant ses larmes, son cœur battait la chamade.
-Dans se cas, Hermione, si je devrai, un jour le faire une 3e fois, je le ferai, même s’il m’en coûte la vie ! Décida-t-il. Il avait dit cela le plus naturellement du monde, ce qui fit frissonner Hermione.
-Tu es stupide Harry ! Tu risques de mourir !
-Je préfère être stupide que de te perdre…toi et Ron, rajouta-t-il précipitamment.
Hermione délaissa un peu Harry pour lui montrer que ses paroles l’avaient touché, elle embrassa Harry sur la joue, ce qui eut pour effet de leur créer une euphorie interne presque, je dis bien presque, insoutenable. Puis, pour cacher leur gêne, qui leurs avaient fait des joues rouges, ils se ré enlacèrent, mettant leur tête le plus loin possible des yeux de l’autre.
-Merci… souffla-t-elle, je tient à toi aussi…Elle était gêner devant sa propre audace.

Puis, le soir venu, après le souper mangé où Ron avait ignoré Harry et Hermione, ils allèrent se coucher. Hermione souhaita un bonsoir aux garçons où Harry fut le seul à lui répondre. Ce soir Harry avait eut l’intention de parler à Ron, mais lorsqu’il voulu, Ron fit semblant de ronfler. Il décida de lui en parler lorsqu’ils seraient dans le Poudlard Express, le train qui va les conduire à Poudlard, quelques jours plus tard.


Je sais que je suis un peu méchante avec Ron, ne vous en faites pas, dans le prochain chapitre je m’arrangerai pour mettre Ron dans une meilleure posture. Bref, dites moi vos commentaires, qu’ils soient bon ou mauvais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Mar 20 Juin à 16:38

Bon, j'ai fait un nouveau montage pour mon image de présentation de ma fic,


la voilà, je la met pour accompagner mon 4e et nouveau chapitre que je croit que vous n'avez pas lu...

alros, vous aimez? (le 4e chapitre et mon montage)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
lamona
troisième année à Poudlard
avatar

Nombre de messages : 355
Age : 25
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   Dim 17 Sep à 9:32



Alors, voilà mon 5e chapitre, en retard comme je l'avais prévu, le chapitre est très court si on le compare aux autres mais, il n'est pas moins important. Oh! Je tient à dire que la chanson du choipeaux est de ma composition, donc il est normal qu'elle n'est pas bonne XD.

Chapitre 5 : Poudlard Express


Harry se réveilla en furie, il ne savait pas réellement pourquoi, peut-être avait-il trop dormit, ce qui n’est pas à son habitude car il s’était réveillé après Ron, peut-être qu’il était lassé de faire le même rêve, mais c’était absurde, il adorait être avec Hermione près du lac de Poudlard, il adorait lui tenir la main en lui disant qu’il l’aimait plus que tout et qu’elle l’embrasse, ou bien était-ce parce qu’il avait à nouveau réalisé pourquoi il ne pouvait pas être avec Hermione…
Ce Voldemort, il le maudissait tant! Si seulement il n’était pas là, si seulement il n’avait pas à le tuer…mais c’était sa destinée, la sienne, il fallait bien qu’il s’y fasse. Il aimait Hermione, plus même qu’il n’avait aimé Sirius et ses parents, et il n’était pas question qu’il la perde, il l’aimait trop, tellement qu’il préférait la voir avec un autre et lui-même ne jamais être avec elle, que de ne plus la voire vivante. Harry avait comprit la leçon, si tu aimes quelqu’un, aime le, mais de loin…Déjà qu’elle était son amie, elle courait un grand danger, comme pour les années précédentes. Si Hermione avait eu des séquelles suite à sa blessure lors du combat avec le magemort, Harry ne se le saurait jamais pardonné. Harry aimait tellement Hermione qu’il était près à laisser tomber son amour pour elle.

Harry descendit calmement l’escalier, les poings fermés, maudissant Voldemort. Au loin, il y avait une bonne odeur de tartines grillées. Ron était assit devant Hermione, il lui criait dessus et Hermione répliquait au moins aussi fort que lui. À la vue de celle-ci, tout ce que Harry avait pensé plus tôt s’estompa, laissant son cœur s’emballer. Harry s’assit à côté de Hermione.
-Tu n’avais qu’à ne pas le laisser là !
-Comment je pouvais savoir moi que ton monstre mangerait mon déjeuné! Répliqua Ron
- Si tu n’avais pas été occupé à manger tout ce qui te passait devant les yeux, tu l’aurais vu!
Ron en resta bouche bée ce qui permis à Harry de signaler sa présence.
-Bonjour Hermione ! Elle fit un grand sourire laissant Ron en plan.
-Bonjour Harry, enfin debout.
-De quoi vous parlez ?
- Pattenrond à mangé le déjeuné que Ron a oublié d’engloutir.
Harry acquiesça et commença à manger.

Une heure plus tard, Tonk, Rémus, Harry, Ron et Hermione transplanèrent pour la Gare King’s Cross. Mais cette fois, ils arrivèrent à l’heure. Ils dirent tous au revoir à Rémus et le trio monta dans le Poudlard Express. Après avoir trouvé un compartiment vide, ce qui fut assez facile, Hermione s’exclama.
-Regardez dehors! Vite, vite!
Harry et Ron se précipitèrent vers la fenêtre, dehors il y avait Rémus qui embrassait Tonk.
-Je ne les aurais jamais imaginé ensemble. Dit Harry
-Peut-être mais ils forment un beau couple. Rajouta Hermione.

Quelque instant après le train démarra, Ginny avait rejoint joyeusement le trio. Mais sa joie diminua rapidement à la vue de ses amis. Harry était complètement tourné vers Hermione et lui parlait dans l’oreille très bas, pour ne pas que Ron entende, celle-ci acquiesça avec un air sérieux. Ron, quand à lui, était dans son coin, seul, à regarder défiler le paysage.
-Bonjour Ginny!
-Bonjour vous tous…
-Je suis désolé, mais, je vais devoir aller dans le wagon des préfets. Viens Ginny, c’est mieux de les laisser seuls. Hermione sortit, tirant Ginny par le bras.
-Mais, qu’est-ce tu fais ? Demanda Ginny
-Harry veut parler à Ron.
-Quoi?
-Harry veut parler à Ron. Répéta Hermione. Bon, désolé, mais je dois vraiment y aller, moi. Puis, elle partit.

Pour ce qui en était de Harry et Ron. Ça n’avait pas beaucoup changé depuis le départ d’Hermione. Après l’énième soupir de Harry, il se décida à parler.
-Ron…je voudrais arranger quelques petites choses entres nous.
Pour toute réponse, Ron soupira.
- Ron, tu es mon meilleur et depuis le début de l’été tu m’ignores alors que je ne sais même pas ce que j’ai fait.
Ron grogna.
-Peux-tu me dire ce que je t’ai fait?
Cette fois, Ron se leva, il le regardait fixement.
-Toi, toi et toi! Tout tourne autour du grand et célèbre (il eût une expression de dégoût) Harry Potter. Il a tout ce qu’il veut, il a des tonnes de galions, il a le regard de toutes les filles et on ne fait pas attention au gentil chien de poche qui le suit, eh bien moi je suis écoeuré ! Je reste simplement ici parce que Hermione est mon amie…même si maintenant elle se tourne beaucoup plus vers toi.
Une fois fini, Harry fit comme Dumbledore, il parla très calmement.

- Pour mon argent Ron, je ne me souvient pas t’avoir une seule fois refusé ce que tu voulais, pour ma célébrité, tu sais très bien que je n’en veux pas et pour les filles, j’en ai pas vu une seule me regarder.

-C’est vrai que tu n’as pas lu la Gazette…
-Tu sais bien que c’est faux ce qui se dit là dedans !
-Moi…oui…mais pas les autres.
-Qu’est-ce qu’il marquaient?
-Hermione a brûlé tout les exemplaire qu’elle trouvait.
-Oui, mais que marquaient-il?
-Je ne crois pas qu’elle voudrait que je te le dise mais en gros ça te valorisait, toutes les filles vont être à tes pieds maintenant. Ron fit un gros sourire.
-Je vais te les présenter. Donc…on est correct maintenant?
-Bien sûr Harry.
La porte du compartiment s’ouvrit, une madame au ton joyeux traînant un chariot remplit de bonbon de toute sorte était devant eux.
-Quelqu’un veux manger quelque chose?
-Harry, je te pardonne seulement si tu achètes une boite de dragée surprise.

Une heure plus tard exactement, Hermione entra dans le compartiment. Elle fixa Harry qui hocha la tête. Le sourire aux lèvres, elle s’assit à sa place habituelle, à côté de Harry. Le voyage se passa très bien sauf peut-être quand Malefoy et ses gorilles sont vinrent leur rendre une petite visite.

Note du Béta : Cette fic pouvant être lue par un public jeune et non averti, l’auteur n’a pas jugé utile de décrire cette scène d’une violence extrême. Sachez juste que nos trois amis s’en sont sortis indemnes contrairement à leurs adversaires qui ont eu moins de chance. Nous reprenons donc notre histoire quelques minutes plus tard, juste à temps pour la chanson du choixpeau et la répartition des premières années.

McGonagall posa le choixpeau sur le petit tabouret devant les élèves.

-J’espère qu’il va se grouiller ce chapeau, j’ai faim, moi !
-Ron, un vient juste d’arriver. Rappela Hermione

Ron ne put pas répondre, car il fut coupé par le choixpeau qui commença sa chanson.


Il y a quelques centaines d’années.
Vivaient quatre grands sorciers.
Ils construirent une école
Avec toutes ces babioles.

Ils y firent quatre maisons :
Griffondor, Serdaigle, Poufsoufle, Serpentard sont leurs noms.
Chaque maison accueillait les étudiants
Qui lui convenait vraiment.

Les hardis et les plus fort,
Ceux qui peuvent battre le dieu Thor.
Avec ceux qui n’ont pas d’remords.
Iront à Griffondor.

Les p’tit vite et les espiègle,
Ceux qui sont aussi habile que l’aigle
Avec ceux qui suivent toujours les règles.
Seront accueillit à Serdaigle.

Et maintenant pour les plus patients,
Ceux qui suivent toujours le règlement,
Ceux qui n’sont jamais en pantoufle
Iront directement à Poufsoufle.

Les malins et les roublards,
Ceux qui n’en auront jamais marrent,
Et tout les p’tits fêtards,
Il y a pour vous Serpentard.

Mais cette année, je retarderais le banquet
Car je dois vous prévenir d’un grand danger.

En dehors de Poudlard
Sévit un grand mage noir
Qui usera de tous les moyens,
Pour parvenir à ses fins.

Soyez soudés et unis,
Sinon vous serez tous détruits
Mais pour l’instant, avant de manger,
Les élèves de Johare accueillez.



Le choixpeau se tut et Dumbledore se leva. Il fit un grand signe des mains vers les portes.

- « Veuillez s’il vous plaît accueillir chaleureusement et dans la bonne humeur les élèves de l’école Johare »
Les portes s’ouvrirent dans un bruit sec, laissant les Johare pénétrer dans La Grande Salle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictionhg.darkbb.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La guerre de l'éternité = Lamona   

Revenir en haut Aller en bas
 
La guerre de l'éternité = Lamona
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les films sur la guerre du Vietnam
» Notre Mère la guerre de Kris et Maël
» Collaboration 2e guerre mondiale
» 717 photos des voitures d'avant-guerre sur le net
» Forum RPG La Guerre Des Clans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP Dream :: Bureau de Rusard-
Sauter vers: